(Washington) L’État de Floride attaque en justice le gouvernement fédéral américain pour exiger la reprise des croisières, interrompues depuis l’apparition de la pandémie de coronavirus, a annoncé jeudi le bureau du gouverneur.

Agence France-Presse

Le républicain Ron DeSantis, dont l’État dépend grandement du tourisme pour ses revenus, a autorisé cette action en justice, estimant que l’ordre original de suspension est « illégal ».

« Nous devons permettre à nos compagnies de croisières et à leurs employés de reprendre le travail et de repartir en mer de façon sûre », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) avaient ordonné la suspension nationale des croisières en mars 2020 face à la pandémie.

PHOTO CHRIS O'MEARA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le gouverneur floridien, Ron DeSantis

« Soyons clairs, aucune loi fédérale n’autorise les CDC à imposer de façon indéfinie la fermeture pour tout le pays d’un secteur économique entier. Cette action en justice est nécessaire pour protéger les Floridiens d’un abus de pouvoir du gouvernement fédéral, et du préjudice économique qui en résulte pour notre État », a lancé ce ferme partisan de l’ex-président Donald Trump (2017-2021), qui est considéré comme un possible candidat à la prochaine présidentielle.

M. DeSantis cherche en permanence à mettre fin à toutes les mesures de confinement ou fermetures liées à la COVID-19, et n’a jamais rendu le port du masque obligatoire dans son État.

Selon les experts, l’action en justice est vouée à l’échec.

La Floride a enregistré depuis le début de l’épidémie près de 34 000 morts pour 22 millions d’habitants.