(Washington) Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a érigé mercredi la compétition avec la Chine en « plus grand défi géopolitique du XXIe siècle » et en priorité de la politique étrangère de Joe Biden, promettant de conjuguer fermeté et dialogue.

Francesco FONTEMAGGI
Agence France-Presse

« Plusieurs pays représentent des défis importants pour nous, dont la Russie, l’Iran ou la Corée du Nord », a-t-il déclaré lors de son premier discours de politique étrangère depuis l’entrée en fonctions du nouveau président en janvier.

« Le défi posé par la Chine est différent. La Chine est le seul pays avec la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique susceptible d’ébranler sérieusement le système international stable et ouvert, toutes les règles, valeurs et relations qui rendent le monde tel que nous voulons qu’il soit », a-t-il ajouté.

Le secrétaire d’État a promis que les relations avec Pékin seraient un mélange de « compétition quand ce sera sain », « collaboration quand ce sera possible » et « antagonisme quand ce sera nécessaire ».

La confrontation entre les deux premières puissances mondiales est allée crescendo sous la présidence de Donald Trump. Au départ principalement bornée à la guerre commerciale, elle a viré au bras de fer sur tous les dossiers, des droits de la personne à la gestion de la COVID-19 en passant par le sort de Hong Kong ou les accusations d’expansionnisme militaire en mer de Chine méridionale.

Sous la houlette de l’ex-secrétaire d’État Mike Pompeo, un faucon, les tensions ont abouti à une crise inédite aux allures de nouvelle Guerre froide.

Antony Blinken a promis de « dialoguer avec la Chine depuis une position de force », à la recherche de terrains d’entente pour lutter contre le changement climatique, renforcer la sécurité sanitaire et promouvoir la non-prolifération.

Cette « position de force » à retrouver, c’est le message clé des lignes directrices de la politique étrangère du président Biden publiées mercredi par la Maison-Blanche, qui met l’accent sur la nécessité de « revitaliser le réseau inégalé d’alliances de l’Amérique » et de redorer le blason de la démocratie.

La doctrine diplomatique de Donald Trump, empruntée à son lointain prédécesseur républicain Ronald Reagan, était aussi « la paix par la force ». Mais la nouvelle équipe démocrate assure qu’elle n’avait de « force » que le nom.

« Vraie force »

« La vraie force, ce ne sont pas les fanfaronnades et les coups de menton. Elle ne s’appuie pas uniquement sur la puissance militaire », a critiqué Antony Blinken. Cela signifie défendre les droits humains, mais aussi « travailler avec nos alliés et partenaires sans les dénigrer, car nos poids combinés rendent beaucoup plus difficile pour la Chine de nous ignorer », a-t-il martelé.

L’administration Biden élève ainsi le « Quad », cette alliance anti-Pékin qui l’associe à l’Australie, à la Corée du Sud et au Japon, au rang de « principal atout stratégique de l’Amérique », au même rang que l’OTAN.

La « vraie force » nécessite aussi « de travailler au sein des organisations internationales, car lorsque nous les avons quittées, la Chine a rempli le vide », a poursuivi Antony Blinken, alors que Joe Biden est revenu dans l’accord de Paris sur le climat et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dont son prédécesseur avait claqué la porte. Enfin, « cela signifie investir dans les technologies américaines », car quand nous faisons cela, nous pouvons battre n’importe qui « .

Dans son document, la Maison-Blanche s’engage à riposter « à chaque fois que l’attitude chinoise » menacera directement « les intérêts et valeurs » américains, notamment en matière de « pratiques commerciales injustes et illégales » ou « cybercriminalité ». « Nous nous mettrons en position, diplomatiquement et militairement, de défendre nos alliés », prévient-elle aussi.

Parmi les autres priorités, elle énumère la lutte contre la pandémie et contre le réchauffement climatique, ainsi que la défense de la démocratie, qui fera l’objet d’un « sommet » à une date non précisée.

 « Nous n’allons pas promouvoir la démocratie par des interventions militaires coûteuses ou en tentant de renverser des régimes autoritaires par la force », a assuré le ministre, estimant que ces « tactiques » du passé n’avaient « pas marché ».

 « Le président a promis que la diplomatie passerait toujours en premier », même s’il « n’hésitera jamais à recourir à la force quand des vies américaines ou des intérêts vitaux seront en jeu », a-t-il ajouté.