(Houston) Allant à l’encontre de l’avis des autorités sanitaires, le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, a annoncé mardi la fin du port du masque obligatoire et la réouverture totale des commerces, estimant que le deuxième État le plus peuplé des États-Unis avait « les moyens de protéger » sa population du coronavirus.

Agence France-Presse

« À partir de mercredi prochain, tous les commerces de tout type peuvent ouvrir à 100 % de leur capacité », a affirmé le gouverneur dans un décret qui « met fin au port obligatoire du masque dans tout l’État » en place depuis juillet 2020.

Les gouverneurs du Michigan et de la Louisiane ont également assoupli les règles dans les bars, les restaurants et les autres commerces, tout comme le maire de San Francisco.

Grâce aux avancées médicales des vaccins et des traitements aux anticorps, le Texas a désormais les moyens de protéger les Texans du virus.

Le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott

Même si « la COVID-19 n’a pas disparu », l’État du sud du pays « est bien meilleure position » qu’en octobre, quand la capacité des commerces avait été limitée à 75 %.

« Il est maintenant temps d’ouvrir le Texas à 100 % », a-t-il dit lors d’une visite dans un restaurant de Lubbock, dans le nord-ouest de l’État.

« Depuis près de six mois, trop de Texans ont été privés de l’opportunité de travailler, trop de petits chefs d’entreprises ont eu du mal à payer leurs factures », a ajouté M. Abbott. « Nous nous assurons que tous les commerces et les familles au Texas aient la liberté de déterminer leur propre destin. »

Inquiétudes à l’agence fédérale de santé publique

Les entreprises peuvent toutefois limiter la capacité d’accueil de leurs locaux ou mettre en place des protocoles sanitaires, souligne le décret du gouverneur.

Près de 44 000 personnes sont mortes de la COVID-19 au Texas depuis le début de l’épidémie, selon les données de l’université Johns Hopkins.

Lundi, la directrice des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique du pays, avait mis en garde contre tout relâchement, notamment sur le port du masque.

« Je suis très inquiète des informations selon lesquelles de plus en plus d’États lèvent précisément les mesures que nous avons recommandées pour protéger les gens », avait déclaré Rochelle Walensky lors d’un point presse. « Ce n’est pas le moment d’assouplir les dispositifs cruciaux dont nous savons qu’ils peuvent stopper la diffusion de la COVID-19. »

Les cas aux États-Unis ont chuté de plus de 70 % au cours des deux derniers mois, par rapport à une moyenne de près de 250 000 nouvelles infections par jour, tandis que le nombre moyen de décès par jour a diminué d’environ 40 % depuis la mi-janvier.

Mais les deux courbes se sont stabilisées brusquement au cours des derniers jours et ont même légèrement augmenté ; les chiffres continuent d’atteindre des niveaux alarmants, avec une moyenne d’environ 2000 décès et 68 000 cas par jour. Les responsables de la santé sont de plus en plus préoccupés par les variants.

« Nous risquons de perdre complètement le terrain durement gagné », a prévenu la Dre Walensky.

Avec l’Associated Press