Le président américain élu Joe Biden recevra lundi la deuxième dose du vaccin contre la COVID-19, trois semaines après la première injection dont l’administration a été transmise en direct à la télévision pour encourager la population à faire de même, a annoncé son équipe de transition.

Agence France-Presse

« Je fais cela pour montrer que les gens doivent être prêts à se faire administrer le vaccin lorsqu’il sera disponible, il n’y a pas de quoi s’inquiéter », avait dit le futur président juste après l’injection du vaccin Pfizer, le 21 décembre dans un hôpital de Newark, dans le Delaware.

Son équipe de transition a indiqué que la seconde injection sera également administrée devant les médias, sans donner davantage de détails.

Plus de 374 000 personnes sont mortes du nouveau coronavirus aux États-Unis et Joe Biden a dénoncé comme une « mascarade » la distribution des vaccins dans son pays organisée par le gouvernement du président sortant Donald Trump.

La future administration Biden a annoncé qu’elle distribuerait toutes les doses de vaccin contre la COVID-19 à disposition, plutôt que d’effectuer la rétention de la moitié des doses pour respecter les délais de la seconde injection.

Le président élu qui sera installé dans ses nouvelles fonctions le 20 janvier « est en faveur de la distribution immédiate des doses disponibles, et considère que le gouvernement devrait cesser de freiner l’approvisionnement des vaccins, afin qu’il y ait plus de doses dans les bras des Américains dès maintenant », a déclaré vendredi sur CNN, TJ Ducklo, un porte-parole de l’équipe de transition.

Environ 6,7 millions d’Américains ont reçu la première injection contre la COVID-19, bien en deçà des 20 millions initialement visés pour la fin 2020. Jusqu’à présent quelque 22,1 millions de doses ont été distribuées au niveau national, ce qui illustre le défi logistique de cette opération.