(Los Angeles) Les autorités sanitaires américaines ont attendu plusieurs jours avant de faire passer des tests à une femme touchée par le coronavirus en Californie, car elle n’avait pas été en contact direct avec des personnes contaminées, a affirmé jeudi un élu américain.

Agence France-Presse

L’annonce, faite lors d’une audition au Congrès à Washington, suggère que des cas similaires d’« exposition inconnue » pourraient être passés au travers des opérations de détection du virus, alors qu’environ 8400 personnes sont sous surveillance dans cet État de l’ouest des États-Unis.

La patiente a été admise le 19 février à l’hôpital UC Davis, où des médecins ont immédiatement demandé aux autorités fédérales qu’elle soit testée pour le coronavirus, a expliqué Ami Bera, médecin et élu démocrate à la Chambre des représentants lors de cette audition.

Mais il a fallu attendre trois jours, après que son état de santé ait empiré, pour qu’elle « passe le test après beaucoup d’insistance » de la part de l’équipe médicale, a affirmé M. Bera, qui a travaillé à l’UC Davis et a été mis au courant par un ancien collègue.

Le résultat positif est arrivé trois jours plus tard, poussant les Centres de détection et de prévention des maladies (CDC) à annoncer mercredi son premier cas suspect « d’exposition inconnue ».

Il pourrait être le premier cas de « contamination communautaire » sur le territoire, c’est-à-dire d’une personne n’ayant ni voyagé dans les zones à risques ni été en contact avec un autre malade connu. Un nouveau palier dans la diffusion de l’épidémie.

Le directeur des CDC, Robert Redfield, a indiqué à l’élu que les critères pour obtenir un test sur le COVID-19 avaient été allégés depuis mercredi.

« Quand un médecin ou un membre de la santé publique soupçonne un (cas de) coronavirus, il devrait pouvoir obtenir un test », a expliqué M. Redfield. Auparavant, les antécédents de voyage étaient demandés.

Le gouverneur démocrate de Californie, Gavin Newsom, avait auparavant tenté de rassurer le public. Les voyageurs revenant de zones touchées par le nouveau coronavirus feront l’objet d’une surveillance et les risques d’être contaminé restent faibles, a-t-il dit.

« Nous savions que c’était inévitable […], qu’un tel incident se produirait », a déclaré M. Newsom.

« Ce qui nous a surpris est que ça ne soit pas arrivé plus tôt », a-t-il ajouté, précisant que la Californie se préparait à de nouveaux cas.

Il a toutefois déploré le fait que la Californie et ses 40 millions d’habitants ne disposent que de 200 kits de dépistage. Interrogé à ce sujet, Robert Redfield a assuré que des kits supplémentaires étaient en cours de livraison.

En raison des inquiétudes sur la propagation de l’épidémie, Facebook a décidé d’annuler sa conférence annuelle des développeurs qui était programmée début mai à San José (Californie), en pleine Silicon Valley

En tout, 61 cas ont été confirmés aux États-Unis, dont 46 personnes ayant été contaminées à l’étranger.

Le nouveau coronavirus a contaminé plus de 83 000 personnes dans le monde, et fait environ 2800 morts.