(New York) Avec l’arrivée imminente de vaccins anti-Covid devant parfois être stockés à des températures glaciales, des entreprises américaines préparent le terrain : Ford a commandé ses propres congélateurs, tandis que Smithfield est prêt à mettre à disposition les chambres froides de ses abattoirs.

Agence France-Presse

Les sociétés spécialisées comme les fabricants de conteneurs isolants sont déjà sur le pied de guerre depuis plusieurs semaines.  

Le géant américain de la logistique UPS produit plus de  500 kilos de glace sèche par heure dans ses entrepôts américains et a développé des congélateurs portables permettant de conserver le vaccin entre-20 et-80 °C.

Mais des groupes sans lien direct avec la fabrication, le stockage ou le transport des vaccins sont aussi dans les blocs de départ.

« Nous avons évalué les capacités de nos congélateurs utra-froids et sommes prêts à assister les autorités sanitaires si leurs capacités de stockage deviennent trop limitées », a ainsi indiqué la directrice administrative du géant de la viande Smithfield aux États-Unis, Keira Lombardo.  

Le groupe, qui a fait face à de nombreux cas de COVID-19 dans certains de ses abattoirs aux États-Unis, est aussi disposé à aider les autorités à distribuer les vaccins, a ajouté Mme Lombardo dans un message transmis vendredi à l’AFP. En particulier auprès des agriculteurs et employés de la chaîne agroalimentaire, considérés comme des travailleurs essentiels, a-t-elle précisé.

Le constructeur automobile Ford a de son côté commandé une grosse dizaine de congélateurs ultra-froids en prévision de l’arrivée des vaccins, pour en proposer aux salariés qui le désirent quand ils seront disponibles.  

Quand le nouveau coronavirus a commencé à se propager au printemps aux États-Unis, l’entreprise avait dû temporairement fermer ses usines. Le groupe a depuis repris ses activités, mais avec des précautions sanitaires importantes.

« La santé et la sécurité de nos salariés sont notre priorité », a souligné une porte-parole du groupe vendredi à l’AFP.  

General Motors n’est pas allé aussi loin. Mais le groupe « est en contact avec les agences gouvernementales » qui organiseront la distribution du vaccin dans l’ensemble du pays, a souligné un porte-parole du numéro un de l’automobile dans le pays.

GM « se coordonnera avec elles en fonction des besoins quand les plans de distribution seront établis », a-t-il ajouté.

La société américaine So-Low, qui fabrique des réfrigérateurs pour les centres de recherche ou les entreprises, a vu une « explosion impressionnante » de la demande pour ses congélateurs pouvant aller jusqu’à-85 °C depuis que Pfizer a annoncé que le vaccin qu’il développe avec la société allemande BioNTech devait être conservé à-70 °C.  

Les commandes ont commencé à affluer dès la fin septembre, a indiqué à l’AFP Danny Hensler, chargé des ventes dans l’entreprise.  

Le groupe a aussi observé une hausse de la demande pour ses équipements allant juqu’à-30 °C, adéquats pour le vaccin développé par la société Moderna.  

So-Low avait profité de périodes moins actives, au printemps et en été, pour gonfler ses inventaires.  

Mais tous les stocks « ont rapidement trouvé preneurs », a souligné M. Hensler, et même si les salariés travaillent désormais aussi le samedi, les acheteurs sont maintenant sur liste d’attente.  

Les nouveaux clients de So-Low sont principalement des établissements de santé, mais « quelques universités » ont aussi commandé des congélateurs pour stocker le vaccin, affirme-t-il.