(New York) Le gouverneur Andrew Cuomo a annoncé lundi que les écoles de neuf quartiers de New York allaient fermer à partir de mardi pour tenter d’empêcher que la ville ne soit frappée par une seconde vague de coronavirus, en attendant une décision sur les commerces non essentiels.

Agence France-Presse

Le principal dirigeant politique de l’État de New York a avancé d’un jour la date proposée par le maire de New York, Bill de Blasio, qui avait annoncé dimanche son intention de fermer ces écoles à compter de mercredi.

Il s’agit de quartiers du sud de Brooklyn, et de quelques zones de l’est et du sud de Queens, dans lesquels le taux de cas positifs au coronavirus se situe au-delà du seuil des 3 % depuis plus de sept jours.

La mesure concerne les écoles publiques, mais aussi privées, a précisé le gouverneur lors d’un point de presse.

Le plan dévoilé dimanche par le maire prévoyait également la fermeture temporaire de tous les commerces non essentiels, y compris les restaurants, rouverts à New York depuis le 22 juin.

Le gouverneur a refusé de le suivre, en tout cas dans l’immédiat, plaidant pour une approche plus ciblée que des codes postaux, découpage utilisé par la mairie, et réclamant des données supplémentaires pour pouvoir trancher.

Andrew Cuomo a aussi avancé que la fermeture des commerces non essentiels n’était pas la priorité pour contenir la propagation du virus. « Les commerces » de ces quartiers « n’ont pas une capacité de propagation importante », a-t-il affirmé. « On parle de petits commerces. »

Beaucoup de commerces ont déjà dû fermer, plombés par la pandémie et le confinement du printemps, tandis que de nombreux autres tiennent, mais sont très fragilisés.

« Sauf contre-ordre, nous mettrons en place notre plan mercredi » dans ces neuf quartiers avec la fermeture ordonnée de tous les commerces non essentiels, a rétorqué, un peu plus tard, Bill de Blasio, meilleur ennemi d’Andrew Cuomo, bien qu’ils soient tous deux démocrates.

Deux de ces quartiers ont des taux de cas positifs supérieurs à 8 % sur les sept derniers jours, selon des chiffres publiés lundi, et comprennent comme les quatre autres situés à Brooklyn, une forte communauté juive orthodoxe. L’épidémie y a repris à la faveur de rassemblements pour les fêtes juives de Rosh Hashanah et Yom Kippour.

Sur l’ensemble de l’État de New York, le taux de cas positifs reste bas, à 1,22 %.