(Washington) Une statue vandalisée de Louis XVI, dernier roi sous l’Ancien Régime en France, a été retirée de la plus grande ville du Kentucky, victime collatérale des tensions raciales qui agitent l’Amérique.

Agence France-Presse

Maculés de graffitis, le monument de 9 tonnes et son piédestal à l’inscription gravée « King of France », ont été treuillés jeudi et remisés à l’écart de la vue des habitants de Louisville, qui tire son nom de Louis XVI.

« Étant donné l’état endommagé de la statue, les autorités s’inquiètent du risque de dommages supplémentaires qui pourraient causer des blessures au public », a justifié dans un communiqué Greg Fischer, le maire de Louisville.

Les tensions sont vives dans cette commune du Midwest depuis que des policiers y ont tué le 13 mars Breonna Taylor, une Afro-Américaine de 26 ans, après avoir enfoncé la porte de son appartement.

Exécutée par le sculpteur Achille Valois dans les années 1820, la statue avait été offerte en 1967 à Louisville par Montpellier, au nom du jumelage entre les deux villes.

La statue du roi guillotiné en 1793, taillée dans un bloc de marbre de Carrare, a subi de nombreux dommages ces derniers mois.  

Un manifestant avait notamment amputé fin mai le bras droit de l’effigie. Le comte de Paris, prétendant orléaniste au trône de France, avait « vivement regretté » cet acte de vandalisme.