(Washington) La première dame des États-Unis Melania Trump, d’ordinaire très discrète, a pris vendredi la défense de son mari, accusé selon elle à tort d’avoir qualifié de « perdants » des soldats américains tombés lors de la Première Guerre mondiale.

Agence France-Presse

La publication d’un article du magazine The Atlantic a encore fait monter d’un cran la tension d’une campagne présidentielle déjà particulièrement agressive aux États-Unis.  

Lors d’une visite en France en novembre 2018 pour commémorer les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale, Donald Trump avait annulé sa visite d’un cimetière américain près de Paris, expliquant que les mauvaises conditions météorologiques la rendaient impossible.

Mais selon le mensuel, il n’en voyait tout simplement pas l’intérêt. « Pourquoi devrais-je aller à ce cimetière ? C’est rempli de perdants », aurait-il dit à des membres de son équipe, rapporte The Atlantic, qui ne cite que des sources anonymes.

« L’article de The Atlantic n’est pas vrai », a réagi Melania Trump sur Twitter. « L’heure est devenue très grave lorsque l’on croit avant tout des sources anonymes, sans que personne ne sache leurs motivations ».

« Ce n’est pas du journalisme – c’est du militantisme. Et ce n’est pas rendre service aux habitants de notre grande nation », a ajouté la première dame.

Signe que la question est particulièrement sensible dans un pays portant un profond respect à ses militaires, Donald Trump a rapidement et vigoureusement dénoncé jeudi soir les propos de « minables sans scrupules » et de « menteurs ».

« The Atlantic, comme la plupart des magazines, est en train de mourir. Alors ils inventent de fausses histoires pour attirer l’attention », a-t-il insisté vendredi sur Twitter.

Pendant la campagne présidentielle de 2016, Donald Trump s’en était publiquement pris au statut de héros de la guerre du Vietnam du sénateur républicain John McCain, fait prisonnier et torturé pendant plus de cinq ans.

« C’est un héros parce qu’il a été capturé. J’aime les gens qui ne sont pas capturés », avait déclaré le milliardaire, exempté de la guerre du Vietnam en raison d’une excroissance osseuse à un pied.