(Washington) Le père de Jacob Blake, un Afro-américain grièvement blessé par un policier blanc à Kenosha, au Wisconsin, a affirmé vendredi sur CNN que son fils était menotté à son lit d’hôpital.  

Agence France-Presse

Lorsqu’il a repris connaissance dans un hôpital de la banlieue de Milwaukee, où il est traité depuis qu’un policier a fait feu à sept reprises dans son dos à bout portant, le jeune homme de 29 ans, raconte son père, s’est tourné vers lui en sanglotant.

« "Pourquoi m’ont-ils tiré dessus tant de fois"? », lui a-t-il demandé selon lui. « Et je lui ai répondu : "Mon grand, ils n’étaient pas censés te tirer dessus du tout" ».

Jacob Blake père – les deux hommes ont le même prénom – ne comprend pas pourquoi son fils, probablement paralysé à vie, est attaché à son lit d’hôpital.

« Pourquoi cet acier froid sur la cheville de mon fils ? », a-t-il interrogé sur CNN. « Il ne peut pas se lever, même s’il le voulait ».

Le gouverneur démocrate du Wisconsin Tony Evers a regretté lors d’une conférence de presse que Jacob Blake puisse être ainsi menotté.

« J’aurais espéré que nous puissions trouver un meilleur moyen de l’aider à se rétablir », a-t-il déclaré. « Cela me semble contre-productif ».

Trois mois après la mort de George Floyd, un Afro-américain asphyxié par un policier blanc le 25 mai à Minneapolis, l’affaire Jacob Blake a relancé aux États-Unis un large mouvement de protestation contre le racisme et les violences policières.