(New York) Les écoles de l’État de New York resteront fermées jusqu’à la fin de l’année scolaire et aucune décision n’a encore été prise pour septembre, même si la pandémie continue à ralentir, a indiqué vendredi le gouverneur de l’État.

Agence France-Presse

Le gouverneur Andrew Cuomo a confirmé qu’il « n’y aurait pas de réouverture des écoles pour le reste de l’année scolaire » dans cet État de quelque 20 millions d’habitants, le plus touché par l’épidémie avec plus de 18 000 morts confirmés du coronavirus.  

Le maire de la ville de New York, Bill de Blasio, avait déjà annoncé le 11 avril que ce serait le cas pour les quelque 1800 écoles publiques de la capitale économique américaine.

Mais le gouverneur Cuomo avait alors indiqué que la décision lui revenait et qu’elle n’était pas encore prise.

Quant à la rentrée de septembre, le gouverneur a indiqué vendredi qu’il était trop tôt pour prendre une décision.  

« Il n’y a pas de décision pour l’automne, car l’automne est encore loin », a-t-il indiqué.

PHOTO MIKE SEGAR, REUTERS

Le gouverneur Andrew Cuomo

L’incertitude pour la rentrée demeure donc, même si la pandémie continue à ralentir à New York, mais à une vitesse moindre qu’espérée.  

L’État continue à enregistrer près de 1000 nouvelles hospitalisations par jour dues au coronavirus, a souligné M. Cuomo, même si le nombre de morts est en baisse, avec 289 morts jeudi, soit le bilan quotidien le plus bas depuis le 30 mars (253 morts).  

Le record avait été enregistré le 9 avril, avec 799 morts.

Alors que plusieurs États américains ont déjà autorisé la reprise de certaines activités économiques, et que le président Donald Trump a émis l’espoir que les gouverneurs commenceraient à rouvrir les écoles, le confinement restera en vigueur dans tout l’État de New York au moins jusqu’au 15 mai.  

Beaucoup s’attendent à ce qu’il soit prolongé, au minimum dans la ville de New York.  

Le gouverneur, qui devrait annoncer s’il est prolongé quelques jours seulement avant l’échéance, n’a pas exclu que certaines régions plus rurales, moins touchées, puissent alors relancer certaines activités, au cas par cas.