(Washington) Kayleigh McEnany a annoncé mercredi avoir pris ses fonctions comme nouvelle porte-parole du président américain Donald Trump, dont les relations exécrables avec la presse sont exacerbées par la pandémie du coronavirus.

Agence France-Presse

« Honorée de rejoindre la Maison-Blanche comme porte-parole du président Trump », a-t-elle annoncé sur Twitter.  

« J’attends avec impatience de connecter le peuple américain avec le programme de Donald Trump et de partager les succès historiques de son administration », a-t-elle ajouté.

Elle remplace Stephanie Grisham, 43 ans, remerciée le 7 avril après avoir occupé pendant seulement neuf mois le poste prestigieux de « Press Secretary ». Fait rare, elle n’avait participé à aucun point-presse à la Maison-Blanche, alors que M. Trump multiplie les interventions depuis le début de la pandémie.

Kayleigh McEnany, 31 ans, est la quatrième porte-parole du milliardaire républicain depuis son investiture, après Mme Grisham, Sarah Huckabee Sanders et Sean Spicer.

Elle était jusqu’ici porte-parole de la campagne 2020 pour la réélection de l’ancien homme d’affaires de New York. Diplômée des universités de Georgetown et de Harvard, elle avait été nommée en 2017 porte-parole du parti républicain après avoir officié comme commentatrice sur les chaînes Fox et CNN.

Kayleigh McEnany a été critiquée dans le passé pour avoir accrédité une théorie du complot soutenue par M. Trump selon laquelle l’ex-président démocrate Barack Obama n’était pas né aux États-Unis, un mensonge considéré comme raciste par une partie de l’opinion.

Elle avait aussi minimisé l’impact de la COVID-19 en déclarant en février qu’on ne verrait « pas de maladies comme le coronavirus arriver » sur le sol américain.  

Depuis, les États-Unis sont devenus le pays le plus touché par la COVID-19, avec plus de 600 000 cas positifs recensés et au moins 26 000 morts.