(Washington) Le chef de la majorité républicaine au Sénat a estimé mardi, dans une rare critique publique, que Donald Trump n’aurait pas dû utiliser le mot « lynchage », lourd de sens aux États-Unis, pour décrire la procédure de destitution qui le menace.   

Agence France-Presse

« Compte tenu de l’histoire de notre pays, je ne le comparerais pas à un lynchage, c’était un choix fâcheux de mots », a déclaré Mitch McConnell à des journalistes.

L’influent élu républicain a toutefois qualifié « d’extrêmement injuste » l’enquête ouverte par les démocrates au Congrès en vue de destituer Donald Trump : « Je pense que le président peut légitimement se plaindre de cette procédure ».

M. McConnell a par ailleurs contredit ouvertement Donald Trump.  

Le milliardaire avait affirmé publiquement que le sénateur ne voyait aucun problème derrière son appel au président ukrainien Volodymyr Zelensky, au cœur de l’enquête en vue de sa mise en accusation (impeachement).

Les démocrates accusent M. Trump d’avoir à cette occasion abusé de son pouvoir pour pousser Kiev à enquêter sur son rival Joe Biden.  

« Nous n’avons jamais abordé ce sujet », a déclaré M. McConnell mardi. Une journaliste lui a alors demandé si M. Trump avait menti.  

« Vous devriez lui demander à lui. Je n’ai souvenir d’aucune conversation avec le président à propos de cet appel téléphonique », a souligné le chef républicain.  

Alors qu’il évite d’ordinaire de critiquer publiquement le président, c’est la deuxième fois en moins d’une semaine que Mitch McConnell a des mots durs à son encontre.  

Il avait qualifié vendredi de « cauchemar stratégique » et de « grave erreur » la décision de Donald Trump de retirer les forces américaines de Syrie.