(Washington) Le père de Michael Brown, un jeune Noir dont la mort il y a cinq ans sous les balles d’un policier blanc avait embrasé la ville de Ferguson et déclenché des manifestations dans tous les États-Unis, a demandé vendredi à la justice de rouvrir l’enquête sur les circonstances du drame.

Agence France-Presse

L’abandon des poursuites contre l’auteur des tirs, fin 2014, avait provoqué une nouvelle explosion de colère dans cette ville de la banlieue de Saint-Louis, dans l’État conservateur du Missouri.

« Je demande que les éléments soient examinés à nouveau et que les responsables rendent des comptes », a déclaré à la presse Michael Brown Senior à l’occasion du cinquième anniversaire de la mort de son fils, qui avait rouvert le débat sur les violences policières et le racisme persistant aux États-Unis.

PHOTO JIM YOUNG, ARCHIVES REUTERS

L’abandon des poursuites contre l’auteur des tirs, fin 2014, avait provoqué une explosion de colère à Ferguson.

Le 9 août 2014, « je n’ai pas pu le protéger et » ça me brise le cœur «, a ajouté M. Brown, selon des propos rapportés par le journal local St. Louis Post Dispatch. » Je vais me battre jusqu’à ma mort pour que justice soit rendue «, a-t-il encore lancé.

Son fils, âgé de 18 ans, avait été abattu alors qu’il n’était pas armé et ne semblait pas présenter de menace imminente.

Il a été » assassiné de sang froid « par » un lâche avec un insigne «, a accusé M. Brown, en référence à l’agent Darren Wilson qui a depuis quitté la police.

Le père endeuillé a précisé s’être entretenu avec le nouveau procureur local, Wesley Bell, un Noir qui a pris ses fonctions récemment, pour lui demander de rouvrir le dossier. Celui-ci est resté prudent sur les suites qu’il donnera à cette requête.

PHOTO ARCHIVES AP/ST. LOUIS POST DISPATCH

Michael Brown a été abattu le 9 août 2014 par le policier Darren Wilson.

 » Nos services font de leur mieux pour comprendre les problèmes sous-jacents qui ont contribué à la mort tragique de Michael Brown «, avait-il déclaré dans un communiqué en amont de leurs discussions.

Près de 1000 personnes sont tuées chaque année aux États-Unis par des policiers, avec une surreprésentation des Afro-américains parmi les victimes.  

La médiatisation de ces affaires, facilitée par la viralité des vidéos tournées sur téléphone portable, a donné naissance au mouvement Black Lives Matter ( » Les vies des Noirs compte « ).

A Ferguson, où la majorité de la population est noire, plusieurs Afro-américains ont été nommés à des postes à responsabilité, notamment à la tête de la police, depuis le drame.

Pour Michael Brown senior, ce n’est pas suffisant. » On continue de voir des cadavres noirs et de couleur à terre «, a-t-il regretté.