(Washington) Le président Trump continue de s’acharner sur quatre élues démocrates du Congrès issues des minorités - qui se surnomment The Squad (la brigade) - et dont l'idéologie politique est nettement campée à gauche.

Associated Press

Lors d’une allocution mardi dans le cadre de l'évènement Teen Student Action Summit 2019, organisé par l'association conservatrice Turning Point USA, le président s’en est pris à la représentante du Michigan Rashida Tlaib.

REUTERS

Rashida Tlaib

«Elle ne défend en aucune manière les valeurs des habitants du Michigan», a-t-il lancé. Il l’a également qualifiée de «malveillante» et de «folle dérangée».

Donald Trump s’est récemment lancé dans une série d’attaques verbales envers quatre représentantes de la frange progressiste du Parti démocrate, qui se sont rendues célèbres par leur vive opposition au président : Alexandria Ocasio-Cortez de New York, Ilhan Omar du Minnesota, Ayanna Pressley du Massachusetts et Rashida Tlaib du Michigan.

Il a lancé les hostilités plus tôt en juillet en appelant ces femmes à «retourner» dans les pays «brisés et infestés par le crime» d’où elles viennent.

AP

Donald Trump était accompagné sur scène par Charlie Kirk, fondateur de Turning Point USA.

Les quatre élues sont toutes citoyennes américaines et trois d’entre elles sont nées aux États-Unis. Ilhan Omar est une réfugiée somalienne établie aux États-Unis depuis les années 1990.

M. Trump en avait rajouté quelques jours plus tard devant le tollé suscité par sa tirade sur Twitter, affirmant que ses propos n’étaient «pas racistes» et que «beaucoup de gens» étaient d’accord avec lui.

Turning Point USA se décrit comme une organisation de jeunes vouée à l’éducation, à la formation et aux étudiants afin de «promouvoir les principes de liberté, de libre marché et de gouvernement limité».