Source ID:; App Source:

Fusillade en Floride: une veillée aux chandelles en hommage aux victimes

People attend a candlelight vigil for victims of... (REUTERS)

Agrandir

People attend a candlelight vigil for victims of yesterday's shooting at nearby Marjory Stoneman Douglas High School, in Parkland, Florida, U.S. February 15, 2018. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kelli Kennedy
Associated Press
PARKLAND, Fla.

Au moins un millier de personnes ont assisté à une veillée aux chandelles jeudi soir en hommage aux 17 personnes tuées dans une fusillade en Floride. Certains des proches des défunts n'ont pu retenir leurs larmes alors que les noms des victimes étaient lus à haute voix.

«À chaque nom, c'est comme si mon coeur ratait un battement», a lancé Bryan Herrera.

Le joueur de football de 17 ans a déclaré qu'il ne comptait initialement pas assister à la veillée. «Je ne pensais pas pouvoir y arriver», a-t-il expliqué.

Certains tenaient des fleurs, tandis que d'autres brandissaient des pancartes demandant que des gestes soient faits pour lutter contre la violence dans les écoles, notamment le contrôle des armes à feu.

Pendant la veillée, des personnes dans la foule ont commencé à crier: «Plus d'armes à feu! Plus d'armes à feu!».

Tighe Barry tenait une pancarte jaune demandant au lobby des armes de «cesser de tuer nos enfants».

«J'ai deux enfants, et je pense que la seule façon pour que ça arrête, c'est d'éloigner les lobbyistes des armes des politiciens», a déclaré M. Barry.

Ernest Rospierski, un professeur à l'école, a pris plusieurs grandes respirations de la veillée lorsqu'il racontait à un journaliste l'horreur vécue dans les classes.

«Bang, bang, bang - et tout à coup, les tirs ont cessé, a-t-il dit. J'ai regardé en bas, il rechargeait. J'ai crié: Courez, et puis j'ai couru derrière le plus d'enfants possible.»

Shay Makinde, 16 ans, retenait ses larmes en pensant à ses amis qu'il a tenté de sauver en vain. Le jeune homme aidé des élèves courant dans le couloir à se réfugier dans une classe. Il s'est retourné pour attraper Joaquin Oliver mais il était trop tard. La veillée «m'a fait revoir mon ami, le voir se faire tirer dessus et voir son corps sur le plancher.»

La veillée s'est terminée par une demande à chaque participant d'écrire un geste de bien précis qu'il fera dans les jours et les semaines à venir afin de canaliser les émotions de la soirée en quelque chose de positif.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer