Elles brillent désormais bien au-delà du sport et de la musique, deux constellations qui comptaient déjà plusieurs étoiles afro-américaines. Dans le sillage de Barack Obama, d'autres personnalités noires font de plus en plus parler d'elles. En voici huit.

Mis à jour le 21 janv. 2013
Judith Lachapelle LA PRESSE

Cory Booker

Décrire Cory Booker comme une étoile montante est un euphémisme. Son aura gagne constamment en intensité depuis 2006, année où il a été élu maire de Newark, ville aux multiples problèmes voisine de New York. Âgé de 43 ans, diplômé en droit de l'Université Yale, il est un orateur admirable et est omniprésent sur la planète médiatique. Ultraproductif sur Twitter, il peut diffuser près d'une trentaine de messages par jour, converse directement avec ses concitoyens et saupoudre au passage quelques pensées philosophiques convenues. Après sept ans à la mairie de Newark - où son bilan est mitigé -, l'homme commence à songer à son prochain défi. Sénateur? Gouverneur du New Jersey? Les paris sont ouverts.

Deval Patrick

Gouverneur du Massachusetts depuis 2007, le démocrate de 56 ans entreprend ce mois-ci les deux dernières années de son second et dernier mandat. L'an dernier, il s'est fait remarquer à la convention démocrate pour avoir fait une critique virulente de son prédécesseur au gouvernement du Massachusetts, le candidat républicain Mitt Romney. Deval Patrick s'attaque maintenant au resserrement du contrôle des armes à feu dans son État, un dossier qui lui assurera une visibilité à l'échelle du pays. Avec la nomination attendue de John Kerry comme secrétaire d'État, le siège de sénateur semble à sa portée aux prochaines élections. Se laissera-t-il tenter?

Mia Love

Née Ludmya Bourdeau à Brooklyn (New York) de parents haïtiens (Love est le nom de son mari), cette républicaine de 37 ans n'a pas mis de temps à grimper les échelons politiques. Mairesse de la petite ville de Saratoga Springs (Utah) depuis 2010, pro-vie, mère de trois enfants, mormone, elle a sauté dans l'arène nationale en 2012 lors de la convention républicaine, où elle a prononcé un discours remarqué sur l'autonomie et l'entrepreneuriat, avec pour point de départ l'histoire de ses parents. Malgré son charisme et ses interventions passionnées, elle a perdu le 7 novembre sa course au Congrès aux mains du démocrate Jim Matheson. On peut néanmoins s'attendre à voir cette protégée des Romney et de l'ex-secrétaire d'État Condoleezza Rice refaire surface dans les prochaines années.

Kamala Harris

Elle est considérée comme la version féminine de Barack Obama. Comme lui, elle a écrit un essai remarqué sur la société américaine - dans son cas, sur une nouvelle approche pour combattre la criminalité. Comme lui, elle a fait tomber les barrières raciales en étant la première femme et première Afro-Américaine nommée procureure générale du plus populeux des États, la Californie. Admirée et écoutée, la femme de 48 ans ne s'arrêtera certainement pas en si bon chemin. Direction: la Cour suprême des États-Unis, selon les analystes.

Coquese Washington

Elle ne gravite pas dans la galaxie politique, mais son influence n'en est pas moins importante dans son orbite. L'entraîneuse en chef de l'équipe féminine de basketball de l'Université Penn State a contribué à faire naître de nouvelles étoiles dans cette discipline extrêmement populaire dans la communauté afro-américaine. Mais Coquese Washington, 41 ans, ancienne présidente de la Women's National Basketball Association, entraîneuse de l'année dans sa catégorie en 2012, est aussi, avec son diplôme universitaire en droit, «un exemple d'éthique et de leadership», selon ses pairs.

Melissa Harris-Perry

Sa tirade passionnée à la défense du filet de sécurité sociale sur les ondes de MSNBC a été l'un des extraits vidéo les plus visionnés du réseau pendant la campagne électorale américaine. Melissa Harris-Perry, 38 ans, anime désormais sa propre émission de télé, dans laquelle elle aborde les thèmes liés à la race et à la justice sociale. L'analyste politique, auteure et professeure d'université a été nommée personnalité la plus influente du pays en 2012 par le magazine afro-américain The Root.

Touré

«Qu'est-ce qu'un Noir?», s'est demandé Touré (né Touré Neblett) en 2011, dans son essai Who's Afraid of Post-Blackness?. La lutte des Noirs pour les droits civiques, c'était formidable, «mais c'est de l'histoire, maintenant», a lancé Touré. «Ouille!», a écrit le New York Times. Si ses idées ont trouvé de la sympathie du côté des grands médias, elles ont été reçues plutôt froidement dans la communauté afro-américaine. Le journaliste et romancier «provocateur» de 41 ans, coanimateur à MSNBC, a aussi fait parler de lui pendant la campagne présidentielle, quand il a accusé Mitt Romney d'être raciste parce qu'il avait qualifié Obama de «colérique». Il a dû s'excuser en ondes.

Raphael G. Warnock

Le révérend Raphael Warnock n'a pas hérité de n'importe quelle église: celle de Martin Luther King, à Atlanta. Et il poursuit la tradition d'engagement public à laquelle on s'attend des pasteurs de cette église baptiste historique. Après avoir porté pour son sermon un chandail kangourou semblable à celui que portait Trayvon Martin la nuit de sa mort sous les balles de George Zimmerman, un vigile de quartier qui a plaidé la légitime défense l'an dernier en Floride, le pasteur de 42 ans a réclamé en décembre un contrôle plus sévère des armes à feu. «Il n'y a pas de raison de détenir des armes d'assaut dans notre société», a-t-il déclaré après le massacre de Newtown. «Ce sont des armes de guerre, et ici, dans l'État de la Géorgie, il y a plus de 20 000 armes automatiques dans les maisons de nos voisins.»