Le président Barack Obama a déclaré jeudi qu'il ne s'attendait pas à ce qu'un niveau dangereux de radiations atteigne les États-Unis, après l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima au Japon, à la suite des séisme et tsunami de la semaine dernière.

Publié le 17 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les services d'urgence de Californie ont cependant indiqué jeudi que de très faibles niveaux de radioactivité pourraient être enregistrés dès vendredi dans l'État. Par ailleurs, des appareils supplémentaires de détection de la radioactivité ont été déployés dans les territoires américains situés le plus à l'ouest comme l'Alaska, Hawaii et Guam.

«Je veux être très clair: nous ne nous attendons pas à ce que des niveaux dangereux de radiations atteignent les États-Unis, que ce soit la côte Ouest, Hawaii, l'Alaska ou des territoires américains du Pacifique», a affirmé M. Obama lors d'une courte allocution dans la roseraie de la Maison Blanche.

«Il s'agit du jugement de notre commission de régulation nucléaire et de nombreux autres experts», a souligné M. Obama, en appelant ses concitoyens au calme.

«Les centres de contrôle et de prévention sanitaire et les experts en santé publique ne recommandent pas que les gens aux États-Unis prennent des mesures de précaution allant au-delà du fait de se tenir informés», a-t-il souligné.

«Il faut que vous sachiez ce que je sais en tant que président», a insisté M. Obama.

Le principal fabricant américain de comprimés d'iodure de potassium, Anbex, a annoncé mercredi être en rupture de stock en raison de la demande massive entraînée par l'accident nucléaire au Japon. Les comprimés d'iode permettent de lutter contre les effets des radiations, en particulier sur la thyroïde.

Des détecteurs pour l'Alaska

En Alaska, l'Agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA) envoie des appareils portables afin de renforcer le réseau de détecteurs à Dutch Harbor, dans les îles Aléoutiennes, ainsi qu'à Juneau et Nome, a indiqué jeudi un responsable. Des détecteurs sont déjà à disposition à Anchorage et Fairbanks.

Ce responsable, qui a requis l'anonymat, a souligné que ces détecteurs étaient envoyés à titre «préventif». «On ne s'attend pas à un niveau élevé de radioactivité», a-t-il indiqué.

Les États de l'ouest américain comme la Californie, l'Oregon et l'Etat de Washington surveillent également toute éventuelle augmentation du niveau de radioactivité.

Selon les services d'urgence de Californie, les prévisions de l'ONU indiquent que des «stations de contrôle en Californie du sud pourraient détecter des niveaux extrêmement faibles de radioactivité vendredi soir». Ils ont ajouté que les conséquences pour la santé seraient elles aussi «extrêmement faibles».