Source ID:; App Source:

Obama fustige le programme des républicains

Selon M. Obama, les mesures prônées par les... (Photo: AFP)

Agrandir

Selon M. Obama, les mesures prônées par les républicains «prennent leur source dans la même philosophie usée jusqu'à la corde: réduire les impôts pour les millionnaires et les milliardaires, supprimer l'encadrement des règles pour Wall Street et les groupes d'intérêts, et laisser la classe moyenne se débrouiller toute seule».

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président Barack Obama a affirmé samedi que le programme électoral des républicains était «usé jusqu'à la corde» et mènerait les États-Unis à une nouvelle «décennie désastreuse», à cinq semaines des cruciales élections législatives de la mi-mandat.

Réagissant pour la première fois à la «Promesse pour l'Amérique» présentée jeudi par ses adversaires politiques, le président démocrate a assuré dans son allocution hebdomadaire radiodiffusée que nombre de leurs idées étaient semblables «aux mesures qui nous ont plongés dans la crise économique».

Dans ce document, les républicains ont promis de mettre fin aux «impôts qui tuent l'emploi», de réduire les dépenses publiques, de mettre fin aux plans de sauvetage de l'économie et d'abroger la réforme de l'assurance-maladie adoptée il y a six mois.

Mais selon M. Obama, ces mesures «prennent leur source dans la même philosophie usée jusqu'à la corde: réduire les impôts pour les millionnaires et les milliardaires, supprimer l'encadrement des règles pour Wall Street et les groupes d'intérêts, et laisser la classe moyenne se débrouiller toute seule».

«Ce n'est pas une ordonnance pour un avenir meilleur. C'est un écho d'une décennie désastreuse que nous ne pouvons pas nous permettre de revivre», s'est exclamé M. Obama, qui en a profité, comme à quasiment chacun de ses discours de politique intérieure depuis des semaines, pour dénoncer une obstruction des républicains au Congrès.

Ces derniers sont minoritaires tant à la Chambre des représentants qu'au Sénat, mais ils sont suffisamment nombreux dans cette dernière assemblée pour bloquer l'adoption des réformes voulues par M. Obama.

Ils ne s'en sont pas privés à l'approche des législatives du 2 novembre dont ils escomptent des gains substantiels, alors que les démocrates et M. Obama souffrent dans les sondages, victimes d'un bilan économique peu flatteur avec en particulier un taux de chômage de 9,6% proche des plus hauts niveaux historiques.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer