«Chelsea tient ses parents par la main. D'un côté, Hillary garde le regard fixe sous ses lunettes de soleil, droite comme un i; de l'autre, Bill tient Buddy en laisse, les yeux rivés à ses pieds.»

Sylvie St-Jacques LA PRESSE

Dans Hillary&Bill, dans les coulisses de la Maison-Blanche, l'auteure Sally Bedell Smith décrit ainsi la première sortie des Clinton, le 18 août 1998, au lendemain de la confession publique du président démocrate sur ses rapports «déplacés» avec la stagiaire Monica Lewinsky. Bedell Smith précise que le couple Clinton a entrepris une thérapie conjugale après le scandale Lewinsky, principalement parce qu'il voulait «épargner à Chelsea la souffrance d'un divorce surmédiatisé».

À 18 ans, Chelsea Clinton incarnait plus que jamais le ciment qui unissait ses parents. Elle était une enfant adorée, protégée des médias depuis son plus jeune âge, docile et studieuse, mais surtout pas dupe des stratèges politiques. En 2001, Bill Clinton avait dit au New York Times que Chelsea avait «le caractère de sa mère et l'énergie de son père».

Dans A Woman In Charge (2007), le biographe Carl Bernstein rapporte que les Clinton appelaient souvent leur fille «l'enfant miracle». Née en parfaite santé après un accouchement difficile, arrivée sur le tard (Hillary a éprouvé de grands problèmes de fertilité), Chelsea a été choyée et a reçu une tonne d'attention de ses illustres parents.

«Ils ont choisi son nom après avoir entendu une version de Chelsea Morning, de Joni Mitchell, interprétée par Judy Collins», relate Bernstein.

Une préadolescente ordinaire

Dans un article sur les noces secrètes paru le 28 juillet, la journaliste Maria Puente dit de Chelsea Clinton qu'elle a été l'un des enfants les plus «médiaphobes» qui aient vécu à la Maison-Blanche.

Quand son père est devenu président, en 1992, Chelsea était une préadolescente ordinaire. «Avec son visage quelconque, son appareil dentaire et sa masse de longs cheveux ondulés, Chelsea est une adolescente de 12 ans comme les autres. Sa maladresse cache toutefois une sensibilité exacerbée par une vie sous les projecteurs», décrit l'auteure de Hillary&Bill.

À l'adolescence, Chelsea était obéissante et ne montrait aucun signe de rébellion (tout le contraire des filles Bush, par exemple). Elle a étudié le ballet et, en 2001, a décroché un bac en histoire et écrit une thèse de 150 pages sur le processus de paix en Irlande du Nord. La brillante étudiante a aussi une maîtrise en relations internationales d'Oxford et une autre en santé publique de Colombia.

Pendant la course à la direction du Parti démocrate, Chelsea Clinton a évidemment fait campagne auprès de sa mère. Au début de la vingtaine, elle a pris place aux premiers rangs des défilés de mode (avec ses copines Gwyneth et Madonna) et est devenue une invitée de marque dans le circuit social new-yorkais. Sa relation avec Marc Mezvinsky, qu'elle avait rencontré à l'adolescence, a pris naissance en 2005. «Ce sont deux meilleurs amis qui sont tombés amoureux», a révélé au People un ami du couple.

Un vrai conte de fées à la démocrate...