Source ID:; App Source:

Un écoterroriste américain sur la liste des «Most Wanted» du FBI

Daniel Andreas San Diego... (Photo: AP)

Agrandir

Daniel Andreas San Diego

Photo: AP

Associated Press
Washington

C'est une première: un Américain accusé de terrorisme sur le territoire des États-Unis vient de faire son entrée sur la liste des terroristes présumés les plus recherchés par le FBI, en compagnie notamment du chef d'Al-Qaeda, Oussama ben Laden. Une récompense de 250 000 dollars est promise pour sa capture.

Daniel Andreas San Diego, informaticien de 33 ans à Berkeley, en Californie, est recherché pour des attentats en 2003 dans le nord de la Californie contre les bureaux de deux sociétés accusées d'être liées avec un laboratoire réalisant des expériences sur des animaux.

Il porterait sur le ventre des tatouages représentant des bâtiments en flammes en train de s'effondrer, et l'inscription suivante: «Il suffira d'une étincelle». Les attentats avaient été revendiqués par le groupe «Revolutionary Cells» («Cellules révolutionnaires»).

Le jeune homme, qui pourrait vivre au Costa-Rica et posséder une arme de poing, serait le 24e sur la liste des «Most Wanted», selon un responsable de la police fédérale américaine s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. Le porte-parole du FBI Richard Kolko s'est refusé à tout commentaire.

Les 250 000 dollars de récompense correspondent à plus de cinq fois les sommes promises pour des informations qui permettraient l'arrestation d'autres «éco-terroristes» recherchés aux États-Unis.

Le seul autre Américain inscrit sur la liste des «Most Wanted» du FBI, Adam Yahiye Gadahn, est recherché pour des actions terroristes commises à l'étranger pour le compte d'Al-Qaeda.

La liste des terroristes les plus recherchés par le FBI est distincte de celle, bien plus ancienne, des «Dix plus recherchés». ben Laden figure sur les deux.

Récemment, des documents internes de l'administration Obama ont suggéré que certains militaires pourraient être recrutés par des mouvements d'extrême droite ou commettre de leur propre chef des actes de violence. Des associations d'anciens combattants et des élus, notamment républicains, se sont insurgés contre cette analyse.  




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer