L'auteur de la tuerie qui a secoué la Finlande hier avait annoncé son crime sur le site YouTube. Ce clip, tout comme les nombreux éloges aux tueurs que l'on retrouve sur le site de partage, peut influencer des gens à imiter le geste de désespoir, selon un psychiatre.

Catherine Handfield LA PRESSE

«En voyant ces vidéos, ça peut donner des idées de scénarios aux personnes fragiles et vulnérables», prévient Louis Morissette, médecin psychiatre à l'Institut Philippe-Pinel.

 

Matti Juhani Saari, le présumé meurtrier de 10 personnes dans une école finlandaise, avait affiché au moins quatre vidéos sur YouTube il y a entre cinq jours et trois semaines. Hier, ces vidéos ont été aussitôt retirées et le compte de l'internaute, suspendu.

Mais en après-midi, on pouvait toujours retrouver une des vidéos sur YouTube. Le clip de 37 secondes montre un jeune homme d'une vingtaine d'années en train de tirer en pleine nature avec une arme de poing, présentée comme un Walther P22 dans les descriptifs.

«Vous serez les prochains à mourir», dit-il en regardant la caméra, avant d'ouvrir le feu à quatre reprises près de l'appareil. En début de soirée hier, des centaines d'internautes avaient déjà visionné la vidéo.

Selon le Dr Morissette, le site YouTube, tout comme les chaînes de télévision, devrait éviter de rendre disponibles ces vidéos.

«Le danger est toujours la survalorisation et la surmédiatisation du tueur de masse, explique-t-il. À cause de cela, il y a des individus en quête de reconnaissance, ou qui veulent avoir une place au soleil, qui peuvent être tentés d'exprimer leurs émotions de la même manière.»

À l'heure actuelle, plusieurs internautes diffusent des vidéos plus inquiétantes les unes des autres sur l'internet. Des clips font l'éloge des auteurs d'autres fusillades, dont Kimveer Gill, responsable de la fusillade survenue au collège Dawson en septembre 2007.

Une vidéo nommée «Kimveer Gill, tu es mon héros», ajoutée il y a trois mois sur YouTube, est particulièrement troublante. «Félicitations, mon frère, tu as fait la première page des journaux», écrit l'auteur, qui affirme être un Canadien de 25 ans. «Peu d'entre nous en feront autant au cours de notre vie. Sois-en fier.»

Interrogé par La Presse, le porte-parole de YouTube, Ricardo Reyes, a souligné que son site web recevait des centaines de milliers de vidéos chaque jour.

«La vaste majorité contient un bon contenu», a-t-il dit, soulignant que son entreprise n'avait «aucune tolérance» pour les vidéos qui incitent à la violence.

 

Prise d'otages en Saskatchewan

Un homme armé a brièvement pris en otages hier des élèves d'une école secondaire de Regina, en Saskatchewan, mais il a été rapidement maîtrisé. Un élève a déclaré à une station de radio que ce jeune homme, un ancien élève ayant été expulsé de l'école l'an dernier, est entré dans l'établissement durant les prières du matin. Il était armé et aurait retenu en otages quelque 300 élèves dans le gymnase en pointant son arme sur la tête du directeur de l'institution. La police a évacué les élèves. Le sergent Boyd Harrison a affirmé qu'il n'y avait aucun blessé. L'institution en question, le Luther College, accueille quelque 450 jeunes provenant d'environ 20 pays dans le monde.