Source ID:; App Source:

Sanctions: l'UE lance un ultimatum à la Russie

Des femmes tiennent des brochures où il est... (PHOTO ALEXEY KRAVTSOV, AFP)

Agrandir

Des femmes tiennent des brochures où il est écrit «Arrêtez Poutine» et «Ukraine: 22 ans sans guerre, Russie: 1992-Transnistrie, 1994-1996-Tchétchénie, 1999-2009-Tchétchénie, 2008-Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, 2014-Ukraine» lors d'une manifestation contre Vladimir Poutine, samedi à Odessa.

PHOTO ALEXEY KRAVTSOV, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
BRUXELLES

L'Union européenne a donné dimanche une semaine à la Russie pour changer de cap en Ukraine, sous peine de nouvelles sanctions.

«Le Conseil européen est prêt à prendre plus de mesures à la lumière de l'escalade en Ukraine», a déclaré le président du Conseil, Herman Van Rompuy, à l'issue du sommet européen extraordinaire.

La Commission européenne a été chargée de préparer «en urgence» une nouvelle série de sanctions. Celles-ci doivent être présentées «d'ici une semaine» et une décision sera prise «en fonction de l'évolution de la situation», a-t-il expliqué.

«Tout le monde est conscient qu'il faut agir rapidement», a souligné M. Van Rompuy. «Il y a une forte détermination pour mettre toute la pression possible sur la Russie afin qu'elle retourne à la table des négociations et qu'une solution politique soit trouvée».

Des consultations entre les 28 vont débuter dès lundi, «pour qu'on puisse être prêts d'ici une semaine», ce qui «va accélérer le processus d'une façon inégalée depuis le début de la crise».

La chancelière allemande Angela Merkel a précisé que ces sanctions économiques toucheraient notamment les secteurs de la finance et de l'énergie, comme cela est déjà le cas depuis fin juillet.

Ces sanctions économiques «ont un impact visible sur l'économie russe», a assuré M. Van Rompuy. L'UE avait décidé le 29 juillet de bloquer l'accès de la Russie à ses marchés financiers, et interdit de lui vendre des technologies sensibles dans le domaine de l'énergie, de l'armement et de biens à usage civil susceptibles d'avoir un usage militaire.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer