Stephen Harper a affirmé lundi que le Canada imposera davantage de sanctions contre Moscou, à la suite du référendum tenu dimanche en Crimée sur son retrait de l'Ukraine et son annexion à la Russie.

Publié le 17 mars 2014
LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre a soutenu que le résultat du référendum est illégitime et que l'exercice a été mené sous une occupation militaire illégale de la Russie.

M. Harper a affirmé que son gouvernement annoncera de nouvelles sanctions économiques et des interdictions de voyage contre des hauts responsables en Russie et en Ukraine, et «particulièrement en Crimée».

Il a tenu ces propos avant une rencontre, lundi, avec l'ambassadeur d'Ukraine au Canada, Vadym Prystaiko.

M. Harper doit se rendre à Kiev vendredi pour démontrer son soutien au gouvernement provisoire ukrainien dans le contexte d'une intervention russe perçue comme une agression dans la région stratégique de la mer Noire.

Le premier ministre canadien a condamné des actions «unilatérales, dangereuses et illégales du régime (du président russe Vladimir Poutine) en fin de semaine», alors qu'a été annoncé un résultat de 97 % pour le «Oui» au référendum sur l'annexion à la Russie.

Plus tôt lundi, l'administration du président américain Barack Obama avait annoncé un gel des actifs aux États-Unis de sept dirigeants russes, incluant de proches conseillers du président Poutine.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont aussi imposé des interdictions de voyage et le gel des actifs contre 21 dirigeants de la Russie et de l'Ukraine.