L'Europe annonce une aide de 11 milliards d'euros à l'Ukraine

José Manuel Barroso a espéré que les États membres,... (PHOTO YVES HERMAN, REUTERS)

Agrandir

José Manuel Barroso a espéré que les États membres, qui ne sont pas toujours sur la même longueur d'onde par rapport à la Russie, «resteront unis et engagés» dans la réponse à cette crise.

PHOTO YVES HERMAN, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
Bruxelles

La Commission européenne a présenté mercredi un plan d'aide «d'au moins 11 milliards d'euros» en faveur de l'Ukraine, à la veille du sommet européen extraordinaire sur la crise dans ce pays.

«Aujourd'hui, la Commission européenne a identifié un programme d'aide à l'Ukraine. Ceci est notre contribution au sommet des chefs d'État et de gouvernement de demain. Au total, le paquet pourrait apporter un soutien d'au moins 11 milliards d'euros (près de 17 milliards de dollars) sur les deux prochaines années, provenant du budget de l'UE et des institutions financières européennes», a déclaré le président de l'exécutif européen, José Manuel Barroso.

Il a appelé les États membres de l'UE, les institutions financières internationales et tous les autres «partenaires» de la communauté internationale à apporter leur «contribution». «Il est dans l'intérêt le plus profond de l'Europe d'avoir la paix et la stabilité en Ukraine, et c'est important pour la stabilité globale», a-t-il affirmé.

Mardi, les États-Unis avaient offert d'accorder un milliard de dollars dans le cadre d'un prêt international.

M. Barroso a espéré que les États membres, qui ne sont pas toujours sur la même longueur d'onde par rapport à la Russie, «resteront unis et engagés» dans la réponse à cette crise. «C'est la première fois en Europe que nous avons une réelle perception d'une menace», a estimé M. Barroso.

Dans le détail, le programme d'aide comprend 1,6 milliard (2,4 milliards de dollars) de prêts dans le cadre de l'assistance macro-économique, 1,4 milliard (2,1 milliards de dollars) de dons, dont 600 millions (916 millions de dollars) au cours des deux prochaines années, et trois milliards (plus de 4,5 milliards de dollars) provenant de la Banque d'investissement européenne (BEI).

La Commission espère aussi dégager 5 milliards d'euros (7,6 milliards de dollars) via la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Elle va mobiliser 250 millions (plus de 381 millions de dollars) de fonds de la politique de voisinage afin de lever 3,5 milliards (plus de 5 milliards de dollars) de prêts.

Pour coordonner les efforts de la communauté internationale, la Commission a proposé la création d'un «mécanisme spécial de coordination des dons» que l'UE est «prête à accueillir».

Dans le cadre de l'accord d'association que l'ancien régime ukrainien avait refusé de signer fin novembre, ce qui a déclenché la crise en Ukraine, il était prévu 610 millions d'euros (931 millions de dollars) d'assistance macro-économique. «Cette somme peut être déboursée très vite, dans les prochaines semaines», a précisé M. Barroso.

Il a réaffirmé que l'UE était prête à signer cet accord d'association, ce qui se traduirait par «des millions d'économies» sur les importations via des baisses de tarifs douaniers. Il a aussi souligné que l'UE pouvait aider l'Ukraine dans le domaine de l'énergie, notamment en inversant les flux des gazoducs pour fournir du gaz à l'Ukraine, ce qui n'était pas possible lors de la crise de 2009.

Interrogé sur le fait que le Fonds monétaire international (FMI), dont une mission se trouve actuellement à Kiev, impose des conditions pour venir en aide aux pays en difficulté, le président de la Commission européenne a souligné que l'UE «travaille avec le FMI». «Nous espérons que l'Ukraine signe un accord avec le FMI. Pour nous, si cet accord est signé, c'est déjà une condition», a-t-il dit.

Le pays doit déjà rembourser 4,5 milliards de dollars au FMI d'ici fin 2015, et a vu un précédent programme d'aide interrompu en 2011 après le report de certaines réformes.

L'Ukraine a chiffré ses besoins à quelque 35 milliards de dollars, un chiffre pris avec prudence par la communauté internationale.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer