Le vice-président américain Joe Biden a prévenu jeudi le président ukrainien Viktor Ianoukovitch que les États-Unis étaient disposés à prendre des sanctions contre les personnes coupables d'avoir ordonné de tirer sur les manifestants à Kiev, une violence qui «doit cesser», selon John Kerry.

Mis à jour le 20 févr. 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

M. Biden s'est entretenu par téléphone avec le président ukrainien et «a clairement dit que les États-Unis étaient disposés à prendre des sanctions à l'encontre des gouvernants responsables des violences», a indiqué la Maison-Blanche dans un communiqué.

La violence s'est déchaînée jeudi en Ukraine avec au moins 60 morts à Kiev, selon l'opposition.

Dans un communiqué publié dans la soirée, le secrétaire d'État John Kerry a, lui, estimé que cette «violence (devait) cesser».

«Le peuple d'Ukraine mérite bien mieux que les morts insensées et la souffrance dans les rues d'une des plus admirables villes d'Europe», a dit le chef de la diplomatie américaine.

Un peu plus tôt jeudi, la Maison-Blanche s'était dite «scandalisée» par les tirs de force de l'ordre contre les manifestants.

Selon le communiqué de la présidence, Joe Biden a appelé Viktor Ianoukovitch à «retirer immédiatement les forces de sécurité régulières --police, snipers, armée et unités paramilitaires-- et toutes les autres forces» qui n'entrent pas dans cette catégorie.

«Le vice-président a exhorté le président Ianoukovitch à prendre des mesures immédiates et concrètes pour travailler avec l'opposition de manière à s'engager sur la voie qui permettra de répondre aux attentes légitimes du peuple ukrainien», a encore noté la Maison-Blanche.

Les États-Unis ont pour l'heure interdit de visas environ 20 hauts cadres officiels ukrainiens qu'ils accusent d'être responsables de la répression meurtrière des manifestations, une mesure que le secrétaire d'État américain a confirmée dans son communiqué.