«À Guantanamo, je choisis la couchette du bas»: le journaliste Glenn Greenwald décrit dans un livre publié mardi un Edward Snowden «profondément en paix» et décontracté lors de la publication de ses révélations fracassantes sur la NSA.

Publié le 12 mai 2014
Rob Lever AGENCE FRANCE-PRESSE

«Snowden ne semblait pas s'inquiéter» d'être poursuivi aux États-Unis après la publication des documents en sa possession, écrit Glenn Greenwald dans «Nulle part où se cacher», dont des extraits ont été publiés lundi par le Guardian.

«L'humour noir s'est glissé dans nos rencontres», se souvient le journaliste britannique, qui a rencontré Edward Snowden à Hong Kong avec Laura Poitras et Ewan MacAskill, deux autres journalistes.

«Quand nous lui avons demandé s'il arrivait à dormir dans de telles circonstances, Snowden nous a dit qu'il était profondément en paix par rapport à ce qu'il avait fait et que ses nuits étaient agréables».

«J'imagine qu'il ne me reste que quelques nuits avec un oreiller confortable, je ferais aussi bien d'en profiter», blaguait l'ex-consultant, dont les révélations sur les programmes de surveillance de l'Agence de sécurité nationale américaine ont secoué le monde entier.

Le journaliste décrit également les stratagèmes mis en place pour faire échapper Snowden aux hordes journalistes le traquant à Hong Kong après la révélation de son identité, quatre jours après la publication dans le Guardian et le Washington Post des premières révélations sur la NSA.