Les États-Unis ont envoyé samedi au Qatar leur modèle de bombardier stratégique B-52 pour appuyer la coalition luttant contre le groupe État islamique (EI) en Irak et Syrie, a annoncé l'armée de l'air américaine.

Mis à jour le 9 avr. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Le B-52 témoigne de notre détermination à appliquer une pression permanente (sur l'EI, ndlr) et à défendre la région en cas d'urgence», assure l'armée de l'air dans un communiqué.

C'est la première fois depuis la première guerre du Golfe, en 1991, que les célèbres bombardiers de l'armée américaine sont affectés à un théâtre d'opération dans la région. Le dernier déploiement opérationnel des B-52 Stratofortress remonte à 2006, en Afghanistan, précise le communiqué.

Les B-52 envoyés au Qatar étaient basés jusqu'ici à Barksdale, dans le sud des États-Unis, indique l'armée de l'air sans préciser le nombre d'appareils déployés.

Vestiges de la Guerre froide, les B-52 furent notamment très utilisés par les États-Unis au Vietnam.

Les États-Unis assurent, de loin, le plus grand nombre de sorties aériennes dans le cadre de l'opération «Inherent Resolve» (Détermination absolue), lancée en août 2014 pour frapper les positions de l'EI.

La coalition d'une soixantaine de pays a effectué en plus d'un an et demi quelque 11 000 frappes aériennes contre les djihadistes en Syrie et en Irak, parallèlement aux opérations de l'armée syrienne et de son allié russe, ainsi que des forces irakiennes.

En Irak, ces raids ont contribué à la reconquête d'une partie des territoires tombés aux mains de l'EI en 2014, notamment dans la province occidentale d'Al-Anbar.