Source ID:; App Source:

Irak: Maliki dit rester au pouvoir en attendant une décision de la Cour

Le premier ministre sortant irakien Nouri al-Maliki a accusé... (Photo SABAH ARAR, AFP)

Agrandir

Le premier ministre sortant irakien Nouri al-Maliki a accusé le président Fouad Massoum d'avoir violé la Constitution en approuvant la nomination de Haïdar al-Abadi, un membre de son parti Dawa, pour former un gouvernement, et avait annoncé qu'il allait porter plainte.

Photo SABAH ARAR, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'État islamique

International

L'État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BAGDAD

Le premier ministre sortant irakien Nouri al-Maliki a affirmé mercredi sa détermination à rester au pouvoir dans l'attente d'une décision de la Cour fédérale, qu'il a saisie après la désignation par le président irakien d'un rival pour former un nouveau gouvernement.

«Je confirme que le gouvernement (sortant) est maintenu et il ne sera pas remplacé, sans décision de la Cour fédérale», a déclaré M. Maliki, qui estime avoir la légitimité pour un 3e mandat, dans son allocution hebdomadaire télévisée.

M. Maliki a accusé le président Fouad Massoum d'avoir violé la Constitution en approuvant la nomination de Haïdar al-Abadi, un membre de son parti Dawa, pour former un gouvernement, et avait annoncé qu'il allait porter plainte.

Mais les chances de succès de M. Maliki - qui avait assuré à l'AFP en 2011 qu'il ne briguerait pas un troisième mandat - semblent faibles.

Selon les analystes, quelle que soit la décision de la cour, le premier ministre sortant a perdu de trop nombreux alliés pour rester au pouvoir.

M. Abadi a été massivement soutenu après sa désignation, y compris par Washington et Téhéran, des alliés clés pour l'Irak.

Cette transition politique chaotique intervient au moment où le pays est confronté à une offensive d'insurgés sunnites qui ont conquis depuis le 9 juin d'importants pans du territoire.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer