Les États-Unis prêts à saisir un pétrolier Kurde

L'United Kalavrvta transporte plus d'un million de barils de... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

L'United Kalavrvta transporte plus d'un million de barils de brut pour une valeur de 100 millions de dollars.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'État islamique

International

L'État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les autorités américaines se tiennent prêtes à saisir le pétrole contenu dans un bateau qui mouille au large du Texas et que la région autonome du Kurdistan irakien a, selon Bagdad, exporté en toute illégalité vers les États-Unis.

L'United Kalavrvta transporte plus d'un million de barils de brut pour une valeur de 100 millions de dollars. Le pétrolier se trouve à l'heure actuelle dans les eaux internationales du golfe du Mexique, à un peu moins de 100 kilomètres des côtes du Texas, dans le sud des États-Unis.

Si d'aventure il pénétrait dans les eaux américaines, les autorités le saisiraient avec sa cargaison, en application du jugement d'un tribunal fédéral américain, a expliqué un haut responsable américain.

«Nous n'avons pas encore appliqué [le jugement]. Nous surveillons la situation», a indiqué à l'AFP Dave Oney, un porte-parole des US Marshals, une agence de police fédérale.

Les gardes-côtes et une association locale de pilotes de navire sont également aux aguets depuis que le navire est arrivé face à la baie de Galveston la semaine dernière, selon M. Oney.

Lundi, la juge Nancy Johnson, d'un tribunal fédéral du Texas, avait estimé que les autorités américaines devaient saisir le bateau et sa cargaison et le maintenir à quai tant que la bataille juridique qui oppose le gouvernement fédéral irakien et la région autonome du Kurdistan n'aura pas été réglée.

Le ministère irakien du Pétrole est à l'origine de la plainte auprès du tribunal texan. Il estime que le Kurdistan irakien, qui fait partie de l'Irak, mais jouit d'une très large autonomie, n'a aucun droit d'exporter le brut qu'il pompe sans l'accord de Bagdad.

La question de l'exploitation du pétrole et du partage des revenus qui en découle est cruciale dans les relations très tendues qu'entretiennent Bagdad et Erbil.

À la faveur du retrait de l'armée irakienne face à l'avancée des insurgés sunnites, qui ont lancé une vaste offensive le 9 juin, les forces kurdes ont pris le contrôle de territoires que Bagdad et Erbil se disputaient, notamment la ville pétrolifère de Kirkouk (nord).




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer