L'alerte déclenchée sur la plus vieille centrale nucléaire américaine après le passage de l'ouragan Sandy a été levée mercredi tandis que des vapeurs légèrement radioactives ont pu être émises sur un autre site affecté par les intempéries, a-t-on appris auprès des opérateurs.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les trois réacteurs mis à l'arrêt pour raisons de sûreté restent par ailleurs hors service, selon les mêmes sources.

Bâtie en 1969 dans le New Jersey, la centrale d'Oyster Creek « n'est plus en état d'alerte » depuis 7 h 52 GMT (3 h 52, heure de Montréal), après que le niveau d'eau dans la structure de refroidissement du réacteur est « retourné à la normale », a déclaré la société Exelon dans un communiqué transmis à l'AFP.

Les pluies diluviennes ayant accompagné le passage de l'ouragan Sandy avaient porté le niveau d'eau au-delà des seuils habituels, conduisant l'opérateur à déclarer l'état d'alerte sur ce site, appelé à fermer ses portes en 2019.

Le circuit d'approvisionnement électrique de la centrale, dont le réacteur était déjà à l'arrêt pour maintenance, avait par ailleurs été endommagé par les intempéries, obligeant à recourir aux générateurs de secours.

« Le système électrique a été rétabli et (nos équipes) travaillent pour déterminer la cause de la panne », a ajouté la société Exelon.

Mis à l'arrêt en raison d'une panne de plusieurs pompes de refroidissement, le réacteur Salem 1, situé lui aussi dans le New Jersey, a relâché des fumées qui peuvent contenir de faibles quantités de tritium, forme radioactive de l'hydrogène, a indiqué à l'AFP l'opérateur du site.

« Quand il y a des rejets de vapeur (non-radioactive), il y a de possibles traces de tritium. Nous surveillons ça de près, mais cela reste à des niveaux inférieurs aux limites permises », a indiqué un porte-parole de Public Service Electric and Gas (PSEG).

Installé dans le nord de l'État de New York, sur les rives du lac Ontario, le réacteur 1 de la centrale de Nine Mile reste lui aussi « à l'arrêt », a indiqué une porte-parole de Constellation, l'ex-partenaire d'EDF aux États-Unis.

« Le réacteur sera remis en service quand les vérifications nécessaires auront été menées », a indiqué cette porte-parole, sans pouvoir préciser la durée de l'interruption.

Sur son compte Twitter, le groupe Entergy a indiqué qu'un des réacteurs de la centrale d'Indian Point, à une cinquantaine de kilomètres au nord de New York, restait lui aussi hors service en raison de « problèmes sur le réseau électrique externe ».

Plus de 6 millions de foyers restaient privés d'électricité dans l'est des États-Unis en raison des dégâts provoqués par Sandy.

Les 104 réacteurs nucléaires en activité aux États-Unis fournissent 20 % des besoins en électricité du pays.