Quand une Égyptienne dit: «Tais-toi, Obama!»

Les Égyptiens sont nombreux à en vouloir à... (PHOTO AMR ABDALLAH DALSH, REUTERS)

Agrandir

Les Égyptiens sont nombreux à en vouloir à Obama d'avoir «approuvé» le gouvernement islamiste de Mohamed Morsi, mais critiqué la prise de pouvoir de son successeur, Abdel Fattah al-Sissi.

PHOTO AMR ABDALLAH DALSH, REUTERS

Les relations entre l'Égypte et les États-Unis ne semblent pas être au beau fixe, si l'on en juge par une nouvelle vidéo virale. Dans un anglais approximatif, une femme égyptienne fustige le président Barack Obama au micro de la chaîne de télé Al-Arabiya. «Shut up your mouth, Obama (Tais-toi, Obama).»

Son accent est toutefois si fort qu'elle semble dire «shut up your mouse» et non «your mouth». Ce qu'on pourrait traduire librement par: «Obama, ferme ta trappe... à souris.»

Elle clame ensuite son appui à l'actuel dirigeant du pays, Abdel Fattah al-Sissi, en dénigrant son prédécesseur, Mohamed Morsi. «Sissi yes! Sissi yes! Morsi no! Morsi No!» Le clip s'est rapidement propagé sur le Net. Un jeune producteur techno d'Abu Dhabi l'a transformé en remix dance. Des t-shirts avec le slogan «shut up your mouse, Obama» ont été mis en marché. Et quelques parodies circulent déjà sur la Toile.

Comique malgré elle, cette Égyptienne pro-Sissi exprime assez bien le sentiment antiaméricain qui grandit actuellement chez une partie de la population égyptienne. Nombreux sont ceux qui en veulent à Obama d'avoir approuvé le gouvernement islamiste de Mohamed Morsi, mais critiqué la prise de pouvoir de son successeur, Abdel Fattah al-Sissi, par un coup d'État en juillet 2013.





Un éloignement croissant

«Les États-Unis prêchent la démocratie, explique Henri Habib, professeur de sciences politiques à l'Université Concordia. C'est pour cette raison qu'Obama a critiqué la prise du pouvoir par les militaires, alors qu'il n'avait pas condamné l'élection de Morsi et des Frères musulmans. Mais si vous êtes du côté de Sissi, vous allez dire aux Américains de se taire et de laisser l'Égypte faire ce qu'elle veut. C'est comme si les Égyptiens ne veulent plus écouter leur principal allié, qui était les États-Unis.»

Cet éloignement grandissant témoigne d'un «réalignement des forces politiques» au Moyen-Orient, souligne M. Habib. Sissi est actuellement appuyé par l'Arabie saoudite qui, de son côté, prend ses distances avec les États-Unis à cause de leur rapprochement avec l'Iran. Or, selon M. Habib, il est à prévoir que Sissi restera au pouvoir «tant que l'Arabie saoudite sera derrière lui».

16 %

La réputation des États-Unis est à la baisse dans plusieurs parties du monde arabe, alors que celle de la Chine est en hausse. Selon un récent sondage du Pew Research Center, seulement 16% des Égyptiens avaient une image favorable de l'Oncle Sam, contre 45% pour la Chine.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer