Source ID:; App Source:

L'Américaine tuée en Syrie s'était convertie à l'islam

Nicole Lynn Mansfield (notre photo) a reçu une... (PHOTO REUTERS TV/ SYRIAN TV)

Agrandir

Nicole Lynn Mansfield (notre photo) a reçu une éducation baptiste, branche protestante du christianisme, mais s'est convertie à l'islam il y a environ cinq ou six ans, selon sa grand-mère, qui précise que sa petite-fille était mariée à ce moment-là à un immigré arabe. Ils ont depuis divorcé.

PHOTO REUTERS TV/ SYRIAN TV

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Chicago

La famille de l'Américaine tuée en Syrie aux côtés de deux autres occidentaux, dont un Britannique, a expliqué vendredi à l'AFP que la jeune femme de 33 ans était une ancienne chrétienne baptiste convertie à l'islam.

Nicole Lynn Mansfield, une Américaine du Michigan (nord), serait, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), morte sous les balles de l'armée syrienne mercredi dans le nord-ouest du pays, alors qu'elle tentait vraisemblablement d'aider la rébellion.

Elle aurait été tuée, toujours selon l'OSDH, aux côtés de deux autres occidentaux, dont un musulman britannique et une troisième personne dont la nationalité n'était pas connue.

Vendredi, le Foreign Office britannique a confirmé la mort d'un ressortissant britannique en Syrie, sans toutefois donner aucun élément d'information sur son profil.

«D'après ce que nous savons, un ressortissant britannique a été tué en Syrie. Sa famille a été informée et nous lui offrons une assistance consulaire», a indiqué un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.

Mais des médias britanniques ont indiqué qu'il s'agissait d'Ali al-Manasfi, un Londonien âgé de 22 ans.

Selon la chaîne de télévision britannique ITV, le jeune homme avait disparu de son domicile il y a quatre mois.

Sa famille, qui avait signalé sa disparition à la police, a appris par la suite qu'il était parti pour la Syrie, et le jeune homme l'a appelée plusieurs fois depuis ce pays, selon ITV.

Ses proches ont été choqués d'apprendre que le jeune homme, qu'ils décrivent comme «un brave garçon», s'était rendu dans ce pays déchiré par la guerre civile, toujours selon ITV.

Le quotidien britannique The Guardian a de son côté cité vendredi un officier de la rébellion syrienne disant «penser» que le troisième Occidental tué est un Canadien. «Nous continuons d'enquêter sur ces allégations», a commenté une porte-parole de la diplomatie canadienne auprès de l'AFP.

Évoquant sa petite-fille Nicole, Carole Mansfield a décrit «une personne qui s'intéressait aux autres, très attachée à ses convictions». «Si vous étiez en mauvaise posture, elle était la première à se porter à votre secours», a-t-elle assuré.

Nicole Lynn Mansfield a reçu une éducation baptiste, une branche protestante du christianisme, mais s'est convertie à l'islam il y a environ cinq ou six ans, selon sa grand-mère, qui précise que sa petite-fille était mariée à ce moment-là à un immigré arabe. Ils ont depuis divorcé.

Carole Mansfield a expliqué qu'une tante de la jeune femme avait reçu un appel voilà un mois au cours duquel Nicole lui expliquait qu'elle était hors du pays et rentrerait «bientôt».

Nicole Mansfield a par ailleurs une fille de 18 ans, qu'elle a eue lorsqu'elle était au lycée.

Des agents du FBI se sont rendus chez Carole Mansfield jeudi pour tenter de trouver des indices sur le départ en Syrie de la jeune femme.

Au département d'État, le chef de la diplomatie John Kerry a dit ne pas encore avoir d'information «précise» sur le sujet.

Mais la télévision syrienne couvrait les trois morts, dont celle de Nicole Mansfield, faisant défiler sa pièce d'identité qui la montre portant le voile et indique une adresse à Flint (Michigan).

Les trois Occidentaux «ont été tués par balle au cours d'une embuscade dans la région d'Idleb et l'armée a retrouvé avec eux des cartes de positions militaires», selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Selon M. Abdel Rahmane, les trois individus étaient vraisemblablement en train «de prendre des photos de positions militaires» sur la route entre la localité de Harem et la ville d'Idleb lorsqu'ils sont tombés dans cette embuscade.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer