Source ID:; App Source:

Israël aurait frappé la Syrie, selon des responsables américains

À travers ses jumelles, un homme regarde en... (PHOTO NIR ELIAS, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

À travers ses jumelles, un homme regarde en direction de la Syrie depuis les hauteurs du plateau du Golan.

PHOTO NIR ELIAS, ARCHIVES REUTERS

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Associated Press
Washington

Israël a lancé une frappé aérienne en Syrie, apparemment vers une cible soupçonnée de contenir des armes, ont dévoilé des responsables américains vendredi.

Selon ces responsables, la frappe est survenue dans la nuit de jeudi à vendredi. Ils ont ajouté qu'un site abritant des armes chimiques n'avait probablement pas été la cible de l'attaque.

Un responsable a déclaré que la frappe avait semblé avoir frappé un entrepôt.

Les responsables américains se sont confiés sous le sceau de l'anonymat puisqu'ils n'étaient pas autorisés à discuter du sujet publiquement.

Dans le passé, Israël a ciblé des armes qui, croit-il, sont livrées au groupe militant Hezbollah, établi au Liban. Plus tôt cette semaine, le leader du Hezbollah, Sheikh Hassan Nasrallah, a fait savoir que son groupe allait appuyer le président syrien Bachar al-Assad, en cas de besoin, dans ses efforts visant à mettre fin à un soulèvement qui dure depuis deux ans.

Aaron Sagui, un porte-parole de l'ambassade israélienne, n'a pas voulu commenter l'information, vendredi soir.

«Ce que nous pouvons dire, c'est qu'Israël est déterminé à prévenir le transfert d'armes chimiques, ou d'artillerie pouvant changer la donne, de la part du régime syrien à des terroristes, surtout au Hezbollah au Liban», a déclaré M. Sagui dans un courriel acheminé à l'Associated Press.

La nouvelle de cette frappe, d'abord rapportée par le réseau CNN, est survenue quelques heures après que le président Barack Obama eut déclaré à des journalistes, lors d'une conférence de presse au Costa Rica vendredi, qu'il n'entrevoyait pas de scénario en vertu duquel les États-Unis enverraient des troupes en Syrie.

Plus de 70 000 personnes ont perdu la vie et des centaines de milliers d'autres ont fui le pays depuis que le régime de Al-Assad combat les rebelles.

De plus, la frappe israélienne survient quelques jours après de nouvelles inquiétudes à l'effet que la Syrie pourrait utiliser des armes chimiques contre les forces de l'opposition. Barack Obama a qualifié les preuves d'utilisation d'armes chimiques d'élément «changeant la donne» qui aurait «d'énormes conséquences».




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer