Plusieurs milliers de personnes de la capitale et de la métropole du Québec ont marché silencieusement dimanche midi en solidarité avec la France qui pleure les 17 victimes des attaques terroristes qui ont eu lieu cette semaine à Paris et qui visaient notamment le journal satirique Charlie Hebdo.

Mis à jour le 12 janv. 2015
Annabelle Blais LA PRESSE

À quelque 5500 kilomètres de la capitale de l'Hexagone, l'onde de choc des attaques terroristes a résonné très fort au Québec où l'immigration française a été la deuxième plus importante en 2014.

À Montréal, de nombreuses personnes rassemblées à la Place des Festivals voulaient défendre la liberté d'expression et arboraient des pancartes « Je suis Charlie ». Les questions d'intégration et d'intégrisme n'étaient jamais bien loin.

Plusieurs ministres ont ouvert le cortège qui s'est dirigé vers le consulat de France à moins d'un kilomètre du Quartier des Spectacles, notamment Yves Bolduc, Gaétan Barrette, Kathleen Weil, Stéphanie Vallée, Hélène David ainsi que Martin Coiteux. Le maire de Montréal Denis Coderre et le Consul général de France à Montréal, Bruno Clerc se trouvaient également dans cette première rangée de marcheurs. Les partis de l'opposition à Québec comptaient aussi des représentants.

Le premier ministre Philippe Couillard de son côté participait à la marche à Québec. «Nous disons non au fanatisme, non à la violence aveugle, non à la violence inhumaine dont nous avons été témoins au cours des derniers jours», a-t-il déclaré lors de ce rassemblement auquel ont participé plus d'un millier de personnes.

À Montréal, la ministre de l'Immigration Kathleen Weil qui fait partie du groupe de travail avec des leaders des communautés musulmanes pour prévenir la radicalisation a réaffirmé l'importance d'être vigilant. Un plan d'action est d'ailleurs prévu d'ici la fin 2015.

Le ministre de la Santé, M. Barrette, a indiqué qu'il ne craignait pas que ces nouvelles attaques terroristes alimentent des tensions de ce côté-ci de l'Atlantique.

«Le Québec est une société tolérante et d'ouverture. Bien que ce soit des événements dramatiques, ça demeure des actes isolés et je ne sens pas au Québec une tendance à l'islamophobie. [...] et j'en appelle à tout le monde pour ne pas faire d'amalgame», a-t-il dit.

Confusion dans la foule

Dans la foule, Michel Rioux, un Québécois de 62 ans, tenait à marcher aujourd'hui par solidarité à la France et contre les intégristes. « Je crains qu'il y ait un ressac contre la communauté musulmane», a-t-il soupiré. Quelques minutes plus tôt sur la Place des Festivals il tentait de calmer une foule qui invectivait deux personnes vêtues de niqab avec des pancartes où y était notamment dessiné le Prophète Mahomet qui déclarait « J'ai tué Charlie ».

Une femme qui s'est identifiée comme « Charlotte Ben en Tabarnak » et un homme qui n'a pas voulu s'identifier affirmaient être des «caricatures vivantes» à la façon dont Charlie Hebdo pouvait le faire.

Plusieurs personnes croyaient avoir affaire à de véritables intégristes. « Vous n'avez pas honte ? C'est de la provocation et un manque de respect ! », criaient une dizaine de personnes qui ont rapidement encerclé le couple. « C'est de l'ironie», lançait M. Rioux à la foule après avoir questionné l'homme voilé sur ces motivations.

Sous la pression, le duo incompris est reparti.

Devant le consulat français, une minute de silence a été observée à deux reprises. La Marseillaise a résonné plusieurs fois.

Jérémie Mathieu, un Français installé au Québec depuis 2 ans, chantait à plein poumon. «Je suis ici parce que la liberté d'expression c'est primordial», a-t-il dit. «Je ne lie pas l'arabe, je ne lis pas le mandarin ou l'allemand, mais je comprends tous les dessins du monde. Ils se sont attaqués au moyen le plus simple de communiquer un message, c'est d'une bassesse», a-t-il déploré.

D'autres rassemblements ont eu lieu au pays, entre autres à Ottawa, Toronto et Vancouver.

Vigile de la communauté juive de Montréal

La communauté juive de Montréal a tenu dimanche soir une vigile à la mémoire des victimes des attentats terroristes de cette semaine en France.

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) et le Conseil des rabbins ont organisé l'événement, qui s'est déroulé à la synagogue Beth Israël Beth Aaron, à Côte-Saint-Luc.

La communauté juive dit vouloir se tenir aux côtés du peuple de France pour pleurer ces attaques non seulement contre ses citoyens, mais aussi contre les valeurs de liberté et de démocratie de l'Occident.

Le consul général de France à Montréal, Bruno Clerc, était présent, tout comme le consul général d'Israël, Ziv Nevo Kulman, et le député de D'Arcy-McGee, David Birnbaum, notamment.

Avec La Presse Canadienne