(Bichkek) Les gardes-frontières du Kirghizstan et du Tadjikistan étaient engagés jeudi dans des combats armés dans une zone sensible où les deux pays se sont déjà affrontés au printemps dernier dans des combats ayant fait des dizaines de morts.

Publié le 27 janvier
Agence France-Presse

« Les principaux échanges de tirs entre unités des gardes-frontières du Kirghizstan et du Tadjikistan ont lieu dans les villages de Tort-Kotcho et Tchyr-Dobro. La partie tadjike utilise mortiers et lance-grenades », selon un communiqué des gardes-frontières du Kirghizstan.

Selon cette source, en début de soirée des négociations entre gardes-frontières avaient d’abord permis de déloger des ressortissants tadjiks qui bloquaient une route frontalière reliant les villes de Batken et Isfana au Kirghizstan.

Mais quelques minutes plus tard, « la situation s’est dégradée, la partie tadjike ayant ouvert le feu sur les unités » kirghizes vers 19 h 35 locales (8 h 35 HNE). L’affrontement était toujours en cours une heure plus tard.

Le Tadjikistan n’a pas commenté dans l’immédiat la situation.

Au printemps 2021, des combats meurtriers avaient opposé non loin de là, autour de l’enclave tadjike de Voroukh au Kirghizstan, les forces des deux pays.

Il s’agit d’une zone de tensions liées à des questions d’accès à l’eau entre ces deux ex-républiques soviétiques très pauvres.

La flambée de violences de l’an passé avait fait près de soixante morts.