(Ahmedabad) Au moins six personnes ont été tuées par des pluies torrentielles et des vents violents en Inde, où se prépare l’évacuation de dizaines de milliers de personnes à cause de l’arrivée d’un puissant cyclone, ont annoncé dimanche les autorités.

Agence France-Presse

Le cyclone Tauktae — la première tempête tropicale majeure en Inde de la saison-se déplace vers le nord parallèlement à la côte ouest du pays, provoquant fortes pluies, orages et vents violents dans plusieurs États indiens, a indiqué le service météo.

Le cyclone devrait toucher terre dans l’État du Gujarat (ouest) tôt mardi, avec des vents de 155 à 165 km/h et des rafales jusqu’à 185 km/h, selon la même source.

Des milliers de secouristes ont été mobilisés dans les États menacés, et des unités des garde-côtes, de la marine, de l’armée de terre et de l’aviation ont été placées en alerte, a déclaré le ministre de l’Intérieur Amit Shah dans un communiqué.

Quatre personnes ont péri samedi à cause des pluies diluviennes et des vents violents frappant l’État de Karnataka (sud-ouest), d’après l’agence de gestion des situations d’urgence.

PHOTO INDRANIL MUKHERJEE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Des pêcheurs réparent des supports en bambou utilisés pour sécher les poissons endommagés par des vents violents causés par le cyclone imminent Tauktae dans un village au large des côtes de Bombay, le 16 mai.

Plusieurs villages et petites villes ont été inondés et des propriétés endommagées, ont indiqué les autorités.

Deux personnes sont également mortes dans l’État touristique de Goa, a indiqué dimanche le chef du gouvernement local Pramod Sawant. Le courant est coupé, quelque 200 maisons ont été endommagées, les routes sont bloquées et des arbres arrachés, a-t-il indiqué.

Deux autres personnes sont mortes et 23 pêcheurs sont portés disparus dans l’État voisin de Kerala, ont annoncé les médias locaux.  

Campagne anti-COVID-19 suspendue

Plus de 150 000 personnes sont prêtes à être évacuées des zones côtières du Gujarat, où la campagne de vaccination contre la COVID-19 sera suspendue lundi et mardi, ont indiqué des responsables à l’AFP.

Le service météo a prévenu que la tempête pourrait faire monter le niveau des eaux de trois mètres sur les côtes du Gujarat.

Les hôpitaux accueillant des malades du coronavirus mettaient en place des systèmes d’alimentation de secours, a précisé un responsable local du développement, Varunkumar Baranwal. L’approvisionnement en oxygène et en électricité des hôpitaux de l’État sera assuré en permanence, et des centaines de malades de la COVID-19 seront évacués des hôpitaux de campagne.

L’Inde fait face à une vague épidémique meurtrière qui a poussé son système de santé au point de rupture et manque de lits d’hôpitaux, d’oxygène et de médicaments.

L’immense pays de 1,3 milliard d’habitants a recensé plus de 311 170 nouvelles contaminations dimanche, portant le total officiel de personnes infectées à 24,7 millions. Le nombre de morts dépasse les 270 000, avec 4077 nouveaux décès enregistrés ces 24 dernières heures.  

Les experts jugent ces bilans largement sous-évalués.

En mai 2020, plus de 110 personnes avaient péri lorsque le « super cyclone » Amphan avait ravagé l’est de l’Inde et le Bangladesh, rasant des villages, détruisant les fermes et laissant des millions d’habitants sans électricité.