(Pékin) L’homme identifié samedi par les médias australiens comme un ex-espion chinois, auteur de révélations explosives sur certaines des méthodes d’infiltration et de manipulation de la Chine à Hong Kong, est en fait un fraudeur en fuite, a affirmé la police chinoise.

Agence France-Presse

Wang Liqiang, 26 ans, fait l’objet de poursuites depuis avril dernier, à la suite d’une fraude à l’importation d’automobiles d’un montant de 653 000 dollars, a déclaré la police de Shanghai dans un communiqué.

En 2016, il avait déjà été condamné à 15 mois de prison avec sursis par un tribunal de la province de Fujian (est) pour une escroquerie portant sur 17 000 dollars, a déclaré la police de Shanghai dans un communiqué.

Son passeport chinois et sa carte de résident à Hong Kong sont des « faux », selon la police.

En revanche, selon le groupe de presse australien Nine, Wang Liqiang a fourni au contre-espionnage australien l’identité d’officiers supérieurs du renseignement militaire chinois basés à Hong Kong, et des détails sur la façon dont ils opèrent.

Dans des entretiens avec plusieurs médias dont le quotidien Sydney Morning Herald, le jeune homme affirme que Pékin contrôle secrètement des entreprises privées afin de financer de la collecte d’informations sur des dissidents ou encore l’infiltration de médias.

PHOTO FABIAN HAMACHER, ARCHIVES REUTERS

La présidente de Taïwan, Tsai Ing -wen

Dans l’ancienne colonie britannique rendue à la Chine en 1997, Wang Liqiang dit également avoir participé à des cyberattaques visant des dissidents, et recruté des étudiants de Chine continentale afin de noyauter les organisations étudiantes.

Wang Liqiang dit également avoir aidé à l’enlèvement en 2015 d’un des cinq libraires hongkongais dissidents qui avaient mystérieusement disparu avant de réapparaître en détention en Chine continentale.

Parmi les puissants agents implantés à Hong Kong figurait un haut responsable d’une grande chaîne de télévision asiatique qui était en fait « un responsable militaire », affirme M. Wang.

L’article ne s’étend pas sur les opérations d’espionnage qui auraient été menées sur le sol australien.

L’ex-espion chinois est actuellement à Sydney avec sa femme et son enfant et a demandé l’asile politique à l’Australie, selon Nine.