(Lima) Le Pérou a franchi lundi le seuil des 600 000 contaminations au nouveau coronavirus, et l’Argentine celui des 7000 morts, ont annoncé les ministères de la Santé des deux pays.

Agence France-Presse

Le Pérou recensait lundi 600 438 cas de COVID-19 depuis le début de l’épidémie, 6122 de plus que la veille. Un total de 150 nouveaux décès ont été rapportés au cours des dernières 24 heures, le plus faible bilan en deux mois et demi, portant le nombre total de morts à 27 813.

L’Argentine, quant à elle, a atteint son record quotidien de décès avec 381 morts en 24 heures. Le bilan de l’épidémie est de 7366 morts pour 350 854 cas, pour la plupart recensés à Buenos Aires.

Le Pérou, qui compte 33 millions d’habitants, est le troisième pays le plus endeuillé d’Amérique latine par l’épidémie, derrière le Brésil (115 309 morts) et le Mexique (60 480 morts). Rapporté à sa population, le pays est le plus durement frappé du sous-continent par la COVID-19 avec 839 morts par million d’habitants.

Face à la propagation de la maladie, qui menace de saturer le système de santé, le gouvernement péruvien y a limité les rassemblements et imposé un couvre-feu le week-end.

Samedi soir, 13 personnes sont mortes dans une bousculade dans une discothèque de Lima, en tentant de fuir la police venue faire respecter le couvre-feu. Onze victimes sur les 13 ont été déclarées positives au coronavirus, de même que 15 des 23 personnes arrêtées au cours de cette descente.

Le président péruvien Martin Vizcarra a déploré la tragédie et exprimé sa « colère face à l’irresponsabilité » des gérants de la boîte de nuit, qui avaient fait la promotion du rassemblement festif sur les réseaux sociaux.