(Oaxaca) Le Mexique, déjà aux prises avec la crise sanitaire de la COVID-19, a été secoué mardi par un violent tremblement de terre qui a fait au moins six morts, précipité hors de chez elles des centaines de personnes apeurées et déclenché une alerte au tsunami du Pérou jusqu’à Hawaii.  

Victor RUIZ, avec Yussel GONZALEZ à Mexico
Agence France-Presse

Ce séisme de magnitude 7,5 sur l’échelle de Richter, selon le Service sismologique national du Mexique, s’est produit en fin de matinée. Son épicentre a été localisé dans l’État d’Oaxaca (sud) où se sont produits les six décès, s’après les autorités locales.

Une des victimes est un travailleur de la raffinerie de la compagnie pétrolière Pemex à Salina Cruz, laquelle a interrompu son activité en raison d’un incendie.

« On a dû se précipiter dehors parce que le marché risquait de s’effondrer. Déjà qu’on ne vendait presque plus rien à cause de la pandémie, maintenant si on ferme le marché ça va être encore pire pour nous », a témoigné à l’AFP Juana Martinez, une fleuriste d’Oaxaca.  

La secousse, qui a fait de sérieux dégâts matériels dans l’État d’Oaxaca, a été ressentie jusque dans la capitale Mexico. Elle a été suivie de plusieurs centaines de répliques.

Lorsque les sirènes se sont mises à hurler, des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Mexico, certaines avec des masques sur le visage, d’autres à découvert et ne respectant pas les consignes sanitaires en vigueur durant la crise du coronavirus, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Immeubles qui tremblent

Des immeubles de bureaux et d’habitations ont tremblé pendant de longues secondes. Des pères de famille tenaient à bout de bras leurs enfants et tous s’éloignaient le plus possible des facades des immeubles par crainte d’un effondrement.

« Nous confirmons que la magnitude était de 7,5. Heureusement, nous n’avons aucun dégât important », a déclaré le président Andres Manuel Lopez Obrador, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

« Il y a eu des glissements de terrain, des bris de verre, des auvents sont tombés, des barrières aussi, mais rien de grave. Les installations stratégiques n’ont subi aucun dommage, autrement dit les ports, les aéroports, les raffineries, les centrales hydroélectriques. Tout est en bon état », a-t-il précisé.

PHOTO LUIS ALBERTO CRUZ HERNANDEZ, ASSOCIATED PRESS

La maire de Mexico, Claudia Sheinbaum, a déclaré sur Twitter que seuls des dommages mineurs avaient été signalés dans la mégalopole, où vivent 22 millions d’habitants.

Après le tremblement de terre, le gouvernement américain a émis une alerte au tsunami pour la côte mexicaine du Pacifique, l’Amérique centrale, l’Équateur, le Pérou et Hawaii.

L’alerte a précisé que des vagues pouvant atteindre trois mètres de haut pourraient frapper une zone de 1000 km autour de l’épicentre.

Virus et séisme

« Comme si nous n’avions pas assez de soucis avec le virus, et maintenant c’est un tremblement de terre », s’est lamentée Maria Teresa Duran, 80 ans, dans le quartier central de Del Valle. Elle déplore la mort d’un de ses fils à cause de la COVID-19, et un autre est contaminé.

Le phénomène a surpris plusieurs des habitants de la capitale qui, en raison de la pandémie, ont pris l’habitude de travailler à domicile.

PHOTO IMELDA MEDINA, REUTERS

« Nous travaillions en pyjama après le petit-déjeuner. Alors nous avons dû sortir dans cette tenue dans la rue », explique Sonia Flores Cano, 29 ans.

Le personnel médical a évacué les hôpitaux de la capitale, mais ceux atteints de la COVID-19 sont restés en isolement.

Depuis le début de l’épidémie, le coronavirus au Mexique a contaminé au moins 191 410 personnes et entraîné 23 377 décès, selon un bilan officiel publié mardi.

Le dernier tremblement de terre important y remonte à septembre 2017, avec 370 morts.

Le 19 septembre 1985, un séisme de magnitude 8,1, un des plus destructeurs de l’histoire du pays, avait frappé la capitale mexicaine, faisant plus de 10 000 morts et détruisant des centaines de bâtiments.