Source ID:e890472cd38e3f5c9189e1603e9bbc91; App Source:StoryBuilder

Au moins 30 migrants vénézuéliens disparaissent dans un naufrage

Le bateau de migrant était en direction de... (PHOTO RAINO MAURICIA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Le bateau de migrant était en direction de Curaçao.

PHOTO RAINO MAURICIA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Agence France-Presse
Caracas

Au moins 30 migrants vénézuéliens sont portés disparus après le naufrage du bateau sur lequel ils avaient embarqué clandestinement à destination de Curaçao, une île néerlandaise située au nord du Venezuela, a annoncé mardi un député de l'opposition.  

L'embarcation avait quitté vendredi Agüide, un village de la côte de l'État de Falcon (nord-ouest), a expliqué à l'AFP le député Luis Stefanelli, s'appuyant sur des témoignages de familles.  

Le nombre d'occupants est estimé entre 30 et 35 personnes, a-t-il ajouté. « Aucun d'entre eux n'est entré en contact avec sa famille, ce qui fait craindre le pire », a-t-il souligné.  

Les autorités n'ont pas confirmé le naufrage.

Selon un communiqué des gardes-côtes de Curaçao, reproduit par la presse locale, le cadavre d'un homme vêtu d'un gilet de sauvetage a été découvert sur une plage de l'île. Mais il n'a pas été possible de confirmer un lien avec l'embarcation ayant quitté la côte vénézuélienne.  

Il s'agit du troisième cas de naufrages de migrants vénézuéliens depuis avril, portant à 80 le nombre de disparus. Lors des deux précédents naufrages, les migrants tentaient de rejoindre l'île de Trinidad-et-Tobago, au nord-est du pays.  

Selon le député Stefanelli, citant des familles, les migrants avaient payé 400 dollars chacun pour le voyage, dans un pays où le salaire minimum mensuel atteint à peine 6,5 dollars. « Ce sont des gens désespérés qui vendent tout ce qu'ils ont », a-t-il souligné.  

Curaçao-territoire autonome des Pays-Bas depuis 2010-compte 160 000 habitants et abrite plusieurs milliers de Vénézuéliens sans papiers, selon le gouvernement local.

D'après les Nations unies, 3,3 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015 pour fuir la pire crise économique de l'histoire récente de ce pays richissime en pétrole.  

Le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza, accuse le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) de « gonfler les chiffres ».  




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer