Le chef de la diplomatie américaine a affirmé dimanche que la fin était proche pour Nicolas Maduro, que les États-Unis ne reconnaissent plus comme président du Venezuela.

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Je suis certain que grâce aux Vénézuéliens les jours de Maduro sont comptés », a déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo dans une entrevue sur CNN.

Des propos répétés dans un entretien sur Fox : « Nous espérons fortement que dans les jours, semaines et mois prochains, le régime Maduro comprendra que le peuple vénézuélien a fait en sorte que ses jours soient comptés », a dit Mike Pompeo.

Qualifiant Nicolas Maduro de « pire du pire des tyrans », le secrétaire d'État a évoqué les « quelques centaines de tonnes » de nourriture, de médicaments et de kits d'hygiène envoyés par les États-Unis à la frontière avec le Venezuela, et bloqués samedi.

Interrogé sur un éventuel recours à la force par l'armée américaine, il a, conformément à la ligne tenue depuis le début de la crise par Washington, refusé de l'exclure. « Nous avons dit que toutes les options étaient sur la table », a-t-il dit sur Fox. « Nous ferons ce qu'il faut pour [...] que la démocratie règne et qu'un avenir meilleur se dégage pour les Vénézuéliens ».