En jouant le rôle du bourreau dans la vidéo diffusée par l'État islamique cette semaine dans laquelle il décapite le journaliste américain James Foley, le djihadiste auquel les experts prêtent un accent britannique est devenu malgré son visage voilé le terroriste le plus tristement célèbre du monde. La presse britannique le nomme «John le djihadiste», selon un surnom que des otages occidentaux auraient donné à cet homme que l'on croit être à la tête d'un trio de militants britanniques de l'EI chargés de garder les otages étrangers en Syrie. Ces derniers les ont baptisés John, Paul et Ringo. Les Beatles du djihad.

LA PRESSE

À lire sur washingtonpost.com (en anglais)