Les grands oulémas saoudiens ont décrété un fatwa contre un imam qui avait affirmé que la musique n'était pas proscrite par l'islam. Malgré l'appel au boycott de l'imam Adel Al-Kalbani lancé par les hautes autorités religieuses du pays, les Saoudiens ont choisi de se masser au prêche du religieux mélomane.

CYBERPRESSE

En refusant de stigmatiser l'imam amateur de musique, les Saoudiens envoient un message clair et net aux extrémistes religieux, selon le chroniqueur saoudien Khalaf Al-Harbi qui prête sa plume au quotidien koweïtien Al-Jarida.

À lire sur courrierinternational.com

.