(Tripoli) Un des principaux suspects du meurtre en mai 2020 de 26 migrants bangladais et quatre d’origine africaine en Libye a été arrêté lundi à Gharyan (ouest), a annoncé le ministère de l’Intérieur du Gouvernement d’union nationale (GNA).

Agence France-Presse

En mai 2020, la famille d’un passeur tué par des migrants avait vengé sa mort en tuant à son tour 30 migrants et en blessant 11 autres dans la ville de Mezdah, à plus de 150 km au sud de la capitale Tripoli.

Le passeur, âgé de 30 ans, avait été tué par des « migrants clandestins » pour des raisons inconnues.  

L’un des auteurs présumés du meurtre de migrants, âgé de 23 ans, a été arrêté à Gharyan, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, a indiqué le ministère dans un communiqué.  

Recherché par les autorités, « il a avoué son crime » durant son interrogatoire, a ajouté le ministère, sans dévoiler son identité.

« Juste après l’attaque tragique de mai 2020, j’avais ordonné aux autorités locales de Mezdah de lancer des mandats d’arrêt contre ceux qui seraient à l’origine des meurtres », a indiqué à l’AFP le ministre de l’Intérieur Fathi Bashagha.

« L’arrestation du principal suspect est une grande victoire. Cela prouve qu’aucun crime de ce type ne peut rester impuni en Libye », s’est-il félicité.

L’affaire avait suscité émoi et indignation. Le Bangladesh avait demandé au GNA de mener une enquête sur les meurtres, de châtier les coupables et de dédommager les victimes.

À Dacca, un Bangladais accusé d’être à la tête d’un trafic d’êtres humains ayant « des liens avec les trafiquants internationaux impliqués dans cet incident » avait aussi été arrêté en juin 2020.

Des dizaines de milliers de jeunes Bangladais ont tenté la périlleuse traversée de la Méditerranée ces dernières années et le nombre de passeurs, qui les exploitent en leur extorquant d’importantes sommes, a augmenté.

Le chaos qui a suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 a fait de la Libye une voie privilégiée pour les migrants originaires d’Afrique de l’Est, du Sahel et d’Asie cherchant à rejoindre l’Europe.

Plusieurs milliers d’entre eux sont bloqués en Libye, dans des conditions déplorables.