(Tripoli) Le chef du gouvernement d’union nationale (GNA), seule autorité légitime reconnue par les Nations unies en Libye, a annoncé dimanche une initiative politique prévoyant notamment des élections avant la fin de l’année, pour sortir le pays d’une profonde crise qui perdure.  

Agence France-Presse

Fayez al-Sarraj, qui dirige un gouvernement siégeant à Tripoli, a par ailleurs estimé que l’offensive lancée il y a plus de deux mois par les forces de l’homme fort de l’Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, pour s’emparer de la capitale, était vouée à l’échec.

« Partant de ma responsabilité nationale et malgré l’offensive brutale que nous continuerons à repousser […] et à vaincre, je présente aujourd’hui une initiative politique pour une sortie de crise », a indiqué Fayez al-Sarraj, lors d’une allocution diffusée par la chaîne « Libya al-Wataniya » basée à Tripoli.  

« En coordination avec la Mission d’appui de l’ONU en Libye » (Manul), M. Sarraj a proposé la tenue d’un « forum libyen » pour réunir « les forces nationales influentes sur les plans politique et social, et partisanes d’une solution pacifique et démocratique ».

Cette initiative prévoit également la tenue simultanée « d’élections présidentielles et législatives avant fin 2019 », sans annoncer de calendrier.

Après plus de deux mois d’offensive pour prendre la capitale Tripoli, les forces de l’« Armée nationale libyenne », (ANL) autoproclamée, du maréchal Haftar, sont toujours bloquées aux portes de Tripoli et les positions sont figées.

Le « mensonge qu’est son armée été brisé, ainsi que celui de son entrée triomphale à Tripoli qu’il a présenté comme une promenade de deux jours », a-t-il ajouté.  

« Nous sommes confiants que nos forces sont capables de repousser l’agresseur et de le renvoyer là d’où il est venu… la victoire est notre alliée grâce à Dieu », a-t-il indiqué.  

Les deux camps refusent jusqu’ici de négocier un cessez-le-feu.  

Le GNA exige le retrait des forces du maréchal Haftar vers leurs positions initiales, dans le sud et l’est du pays.

M. Sarraj accuse le maréchal Haftar de chercher à « saper le processus démocratique […] et à rétablir un régime totalitaire, celui d’un individu et d’une seule famille ».

Le maréchal Haftar affirme de son côté combattre des « terroristes » et refuse lui aussi de faire marche arrière, synonyme d’une défaite pour lui et ses alliés.

Les combats ont fait depuis le 4 avril plus de 653 morts, dont 41 civils, ainsi que plus de 3500 blessés, dont une centaine de civils, selon un dernier bilan de l’Organisation mondiale de Santé (OMS).

Et selon les chiffres de l’ONU, 94 000 personnes ont été déplacées des zones de combat.