La police kényane a appréhendé une centaine de personnes après l'agression, à Nairobi, d'une femme jugée indécemment vêtue, la deuxième agression du genre en quelques jours dans la capitale du pays d'Afrique de l'Est, a-t-on appris de source policière mardi.

Mis à jour le 3 févr. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'incident s'est déroulé dans la nuit de lundi à mardi à un arrêt d'autobus du quartier de Kayole, un bidonville situé dans le nord-est de la ville. La victime, qui s'est fait arracher ses vêtements et frapper, a été conduite dans un hôpital, a précisé la police.

«L'enquête suit son cours, avec l'interrogatoire des suspects, pour déterminer qui était impliqué», a précisé le chef de la police criminelle de Nairobi, Nicholas Kamwende. «Nous n'allons par permettre que cela continue», a-t-il ajouté.

La plupart des personnes appréhendées sont des chauffeurs de minibus, a-t-il poursuivi.

L'agression de la jeune femme est intervenue quelques heures après une manifestation de centaines de personnes dans les rues de Nairobi pour protester contre une agression similaire la semaine dernière dans la capitale.

Cette première agression, filmée, avait été largement diffusée sur les médias sociaux. Sur la vidéo, on pouvait voir des chauffeurs de minibus arracher les vêtements d'une autre jeune femme, après lui avoir dit que sa jupe était trop serrée et trop courte.

Les services du procureur général kényan avaient promis l'arrestation et la poursuite des auteurs de «cet incident odieux».