Source ID:; App Source:

Un hélicoptère de l'ONU s'écrase au Soudan du Sud

Un Casque bleu de la MINUSS monte la... (PHOTO TIM MCKULKA, ARCHIVES AFP/MINUSS)

Agrandir

Un Casque bleu de la MINUSS monte la garde alors qu'un hélicoptère de l'ONU décolle, dans la région de Likuangole Payam, dans l'État du Jonglei, en septembre 2011.

PHOTO TIM MCKULKA, ARCHIVES AFP/MINUSS

Agence France-Presse
JUBA, Soudan du Sud

Un hélicoptère de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (MINUSS), transportant du fret, s'est écrasé mardi près de Bentiu (nord), région en proie à des combats, faisant trois morts et un blessé, a annoncé la MINUSS.

«La MINUSS confirme que l'un de ses hélicoptères Mi-8 s'est écrasé à une dizaine de kilomètres au sud de Bentiu», capitale de l'État pétrolier d'Unité, a indiqué dans un communiqué la mission onusienne.

Se disant «très inquiète du sort de l'équipage», elle «a déployé une équipe de recherche et de sauvetage sur le site de l'incident».

«L'enquête sur les causes possibles du crash commencera dès que possible», a-t-elle précisé, sans indiquer le nombre de personnes à bord.

L'équipage du Mi-8, hélicoptère de conception soviétique existant en versions civile et militaire, comprend généralement au moins trois personnes.

«La mission a perdu le contact à 14 h 28 (7 h 28 à Montréal) avec l'hélicoptère, qui effectuait un vol de routine de transport de fret de Wau vers Bentiu», a précisé la MINUSS. Wau est située à environ 350 km au sud-ouest de Bentiu.

D'intenses combats ont été signalés depuis la mi-août dans la région de Bentiu, un des principaux foyers d'affrontements dans le conflit qui fait rage depuis décembre 2013 entre l'armée loyale au président Salva Kiir et les troupes mutinées fidèles à son ancien vice-président Riek Machar.

Des milices tribales, plus ou moins autonomes, combattent dans chacun des deux camps. Bentiu, qui a changé plusieurs fois de mains depuis décembre, a été le théâtre de terribles massacres ethniques et est largement détruite et désertée.

Plus de 40 000 personnes fuyant les violences, mais aussi de plus en plus poussées par le manque de nourriture, s'entassent dans la base de l'ONU à Bentiu, inondée en raison des pluies saisonnières.

Samedi, une équipe de vérification du cessez-le-feu de l'IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement) - organisation est-africaine qui assure la médiation dans le conflit - ainsi que l'équipage de l'hélicoptère qui la transportait, avait été retenue durant 24 heures par une milice alliée aux rebelles, avant d'être récupérée par la MINUSS.

L'un de ses membres était mort en détention, de «cause naturelle» selon la MINUSS.

Mi-décembre 2012, un an avant le début du conflit, l'armée sud-soudanaise avait abattu, officiellement par erreur, un Mi-8 de la MINUSS, tuant ses quatre membres d'équipage.

Des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes, ont été tuées dans les combats et les massacres sur des bases ethniques qui les accompagnent, et plus de 1,5 million chassées de chez elles depuis le début du conflit actuel dans le plus jeune État du monde, fondé en 2011.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer