Quatre personnes ont été blessées mardi soir dans un attentat à la grenade contre un bar-restaurant fréquenté de Mombasa, sur la côte kényane, a annoncé à l'AFP le chef régional de la police.        

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il y a eu un incident, au cours duquel quelqu'un a été blessé par balles et trois autres ont blessés par l'explosion de grenades», a déclaré le chef de la police de la Province de la Côte, Aggrey Adoli

Trois hommes armés ont tenté d'entrer dans le restaurant mais en ont été empêchés par des gardes, a-t-il expliqué. Un des hommes a alors ouvert le feu, blessant un garde, avant de s'enfuir avec ses complices qui ont jeté deux grenades, blessant trois autres personnes.

L'une des grenades a explosé près de l'entrée du restaurant, l'autre à proximité d'une voiture, garée devant l'établissement.

Les blessés, tous Kényans, ont été transportés à l'hôpital. Le garde touché par balles est dans un état critique, a précisé le chef régional de la police

La police a retrouvé un pistolet, abandonné ou perdu par les assaillants dans leur fuite, a-t-il également indiqué.

«Je buvais un verre, il y a eu une grosse explosion et j'ai vu des gens se mettre à courir», a raconté à l'AFP un témoin, Oscar Ndambuki.

Selon un correspondant de l'AFP à Mombasa, le bar-restaurant visé, le Bella Vista, est situé sur une des avenues les plus fréquentées et accueille souvent de nombreux touristes.

Des véhicules garés devant l'établissement portaient des impacts de balles, certaines de leurs vitres étaient brisées. La plupart des clients se trouvaient sur la terrasse à l'étage au moment des explosions, selon des témoins.

L'attentat n'a pas été revendiqué.

Plusieurs attaques à la grenade ont visé le Kenya depuis l'entrée en octobre de l'armée kényane dans le sud de la Somalie, dans le cadre d'une offensive contre les insurgés islamistes somaliens shebab.

Les autorités kényanes imputent régulièrement ces attaques aux shebab, affiliés au réseau Al-Qaïda et qui ont promis de frapper le Kenya en représailles, mais les observateurs penchent plutôt pour des sympathisants isolés.

La dernière attaque en date remontait au 29 avril: une grenade jetée dans une église de Nairobi, la capitale, durant une messe avait fait deux morts et une quinzaine de blessés.

Le 31 mars, la très touristique région côtière avait déjà été visée par deux attaques à la grenade, perpétrées à quelques minutes d'intervalles, l'une dans un restaurant de Mombasa, l'autre dans une ville proche, Mtwapa, faisant au total au moins un mort et 14 blessés, selon la police.

Par ailleurs mardi, un policier kényan a été tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une mine près de leur véhicule à proximité de l'immense camp de réfugiés de Dadaab, peuplé en majorité de somaliens, a annoncé mardi la police qui n'a pu dire dans l'immédiat si l'explosion avait été déclenchée à distance.