Source ID:; App Source:

L'Égypte accuse le Hezbollah de vouloir organiser des attentats

Le leader du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah.... (Photo: Reuters)

Agrandir

Le leader du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah.

Photo: Reuters

Agence France-Presse
Le Caire

Le procureur de l'Etat égyptien a accusé mercredi le mouvement chiite libanais Hezbollah de planifier des attentats en Egypte et de faire du prosélytisme chiite dans ce pays essentiellement sunnite.

«Le procureur de l'Etat a reçu un communiqué de la Sécurité d'Etat qui montre que des dirigeants du Hezbollah libanais ont appelé leurs cadres à recruter des membres pour le mouvement», selon un communiqué du procureur de l'Etat obtenu par l'AFP.

  Cette campagne vise à «mener des actes d'agression à l'intérieur du pays», poursuit le texte, accusant le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah d'avoir désigné des membres du mouvement à cette fin.

  La police égyptienne a arrêté 49 personnes dans le cadre de cette affaire, ajoute le procureur, sans précision de date.

  A Beyrouth, le Hezbollah s'est refusé à tout commentaire dans l'immédiat.

  Montasser al-Zayyat, un avocat égyptien qui a souvent défendu des islamistes, a expliqué à l'AFP que des Libanais et des Palestiniens figuraient parmi les personnes arrêtées.

  D'après lui, les avocats n'ont pas pu rencontrer leurs clients mais les familles ont fait savoir qu'ils étaient interrogés sur leurs liens présumés avec le Hezbollah.

  «D'après ce que nous savons, ils sont accusés de contrebande d'armes via des tunnels et d'avoir répandu l'idéologie du Hezbollah», a-t-il dit, estimant qu'il s'agissait d'une affaire «politique».

  «Mon impression est que cette affaire a été montée de toutes pièces par les services de sécurité égyptiens dans un contexte de mauvaises relations entre le Hezbollah et l'Egypte. C'est un moyen de pression», a-t-il affirmé.

  Ces personnes sont soupçonnées d'avoir loué des maisons près du canal de Suez afin d'y surveiller les mouvements et d'avoir effectué des reconnaissances de sites touristiques du nord et du sud du Sinaï.

  Elles sont également soupçonnées d'avoir loué des maisons dans la partie égyptienne de Rafah, une ville qui s'étend de part et d'autre de la frontière entre l'Egypte et Gaza, territoire palestinien contrôlé par le mouvement islamiste Hamas, pour faire passer des armes à Gaza, a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

  Les suspects sont accusés en outre de «prosélytisme chiite», selon le communiqué du procureur.

  L'Egypte accuse l'Iran, très majoritairement chiite et qui soutient le Hezbollah, de vouloir dominer le Moyen-Orient.

 

L'Iran a rompu ses relations diplomatiques avec l'Egypte en 1980, après la Révolution islamique, pour protester contre la reconnaissance d'Israël par l'Egypte. Depuis, l'Egypte et l'Iran ne disposent plus que de sections d'intérêts dans leurs capitales respectives.

  En janvier, en pleine offensive israélienne contre le Hamas, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah s'en était violemment pris à l'Egypte, appelant les Egyptiens à manifester «par millions» pour obtenir l'ouverture du terminal de Rafah et briser le blocus de la bande de Gaza.

  Le Caire avait vivement réagi, en l'accusant d'être un d'«agent» de l'Iran.

 L'offensive israélienne à Gaza avait fait plus de 1 400 morts, selon des sources palestiniennes.  




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer